Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cher lecteur,

Exceptionnellement, nous nous adresserons à toi directement : ce site n'est en aucun cas une biographie de Victor Hugo. Alors si tu pensais trouver ici la vie de notre Totor national en long, en large, et en travers, passe ton chemin !

 

Pour bien comprendre les propos de nos deux protagonistes :

1° Des caractères gras de couleur bleue quand Victor s'adresse à Mirabelle

2° Une police des plus classiques quand Mirabelle s'adresse à Victor

 

Sur ce, bonne lecture !

 

Un Mot Au Vol ?

Papotage Archivé

Opinion


Et si vous nous faisiez part de votre opinion ?


Victor mène l'enquête.

Parce que Mirabelle se le demande !




personnes ont écouté la conversation entre Mirabelle et Victor depuis leur rencontre.


Aujourd'hui, à :

il y a personne(s) qui papote(nt) avec Mirabelle et Victor.


La requête de Victor :

  • Parce que Mirabelle et moi-même aimons beaucoup de gens... Allez donc jeter un coup d'oeil à notre tour de tables !
 

Nos recommandations :

  • Un clic et vous y êtes... Si vous souhaitez quelques conseils pour guider votre lecture, bien entendu !



Lexique IUFMesque à l'usage des non-initiés :

  • Mirabelle, dans son infinie bonté, a daigné me proposer (ainsi qu'à toi, ô lecteur non affilié à l'Education Nationale !) un lexique de rattrapage, sensé me donner les repères indispensables à la compréhension de deux rubriques.


12 avril 2007 4 12 /04 /avril /2007 17:05
Mon cher Victor,

Notre conversation d'aujourd'hui partira de ça : "Ce que je voulais dire Mirabelle, c'est que je lis ton blog depuis pas mal de temps maintenant et cette envie de bébé ne m'étonne pas de ta part, elle est même tout à fait légitime. Tu vas sur tes 24 ans, je ne dirai pas que c'est trop jeune pour avoir un enfant, il n'y a pas d'âge réellement pour avoir un enfant, mais pour moi tu n'es pas assez mature aujourd'hui.
Et pourtant, j'ai 24 ans aussi tu vois, mais nous n'avons pas les mêmes 24 années derrière nous, et je crois que tu envisages la vie avec un peu trop d'optimisme (en même temps c'est ce côté fleur bleu qui te donne ce charme spécifique).
Et pourtant, j'ai 24 ans aussi tu vois, mais nous n'avons pas les mêmes 24 années derrière nous, et je crois que tu envisages la vie avec un peu trop d'optimisme (en même temps c'est ce côté fleur bleu qui te donne ce charme spécifique).
La vie n'est pas aussi belle qu'elle n'y parait, et à te lire tu sembles avoir grandi dans une bulle très privilégiée. Etre professeur te confontre à certains aspects que tu n'avais pas envisagé jusqu'alors et tu es souvent destabilisée (y'a qu'à voir le nombre de fois où tu craques), je me dis juste qu'en tant que futur parent, tu devrais déjà te prendre quelques saloperies de la vie dans la gueule (pour parler plus cruement) et voir comment tu réussis à les encaisser, avant de te jeter dans une nouvelle expérience aussi intense que la maternité.
Il y a certainement aussi une pointe d'envie quand je te lis, tu as eu la chance exceptionnelle de réussir le concours du premier coup, je galère depuis 3 ans pour décrocher un poste dans l'EN, avant ça j'ai jonglé entre caissière et fac pour mes études, je survie aujourd'hui avec les assedics, et quelque part je dois être un peu masochiste de venir lire ton blog.
Tu es typiquement le genre de personne qui ne peut pas se rendre compte de la chance qu'elle a car elle n'a pas connu autre chose dans la vie (et je généralise car c'est vraiment une catégorie spécifique de personnes qui réussissent le concours).
Alors parfois, je ressens le besoin de te secouer un peu parce que, bon sang, Mirabelle, tu vis dans un rêve, et le réveil risque d'être vraiment difficile. (je sais que ça doit être assez dur à lire mais bon, y'a un moment où les compromis ne font plus avancer les choses, ce qui ne m'empêchera pas de continuer à lire ton blog, j'espère que tu comprends que ce n'est pas par frustation mais bien pour t'aider à te construire et avancer que je laisse ce commentaire)
". Ah oui... C'est le fameux commentaire de Dawnora, sur cet article. Elle ne mâche pas ses mots, c'est le moins qu'on puisse dire ! Ca... Tout ça a pris de telle proportions que je suis partagée entre le sourire et... Le sourire ! Ah ?

J'avais commencé par répondre à son commentaire et puis je me suis dit "Tiens, ces remarques m'inspirent, je vais écrire un article !". Pourtant, le commentaire n'est pas très sympathique... Ca m'a fait l'effet d'une douche froide, je ne te le cache pas. Ce que Dawnora appelle te "secouer" ! Ca doit être ça... Bon alors, je n'ai qu'une question : quelle est ta réaction face à ce commentaire ? Alors alors... Pour commencer, je ne retire pas un seul mot de ce que j'avais dit ici. Je le pense profondément. Très bien. Mais lance toi dans la lutte, Mirabelle ! J'aime quand les blogueurs sont prêts à se taper dessus, j'aime les disputes virtuelles ! Comme tu exagères, Victor ! Nous n'en sommes pas là !

Bon. D'abord, inutile de te dire que le commentaire de Dawnora ne m'a pas fait plaisir. Bon. Ca ne veut pas dire que sur la blogosphère, il faut forcément jeter des fleurs à tort et à travers mais enfin, tout de même... Il ne faut pas dépasser les bornes des limites ! Tout à fait. Tu m'as l'air pourtant prodigieusement sereine... En lisant ce commentaire, je me frottais les mains, je me disais : "Viooou, Mirabelle va réagir au quart de tour, ça va être un régal !". Eh ben non !

A la réflexion, il vaut mieux poser les bases. De nouveau. Alors... Un blog, ce n'est pas la réalité. Un blog, c'est UN CHOIX. Une sélection. Comme le disait justement Maryline dans son commentaire, "
on ne peut pas connaitre quelqu'un à travers un blog, l'auteur ne dit que ce qu'il a envie de dire, et ce n'est pas assez pour juger à l'emporte pièces". Bon. Je crois que cette phrase se suffit à elle-même tant, à mes yeux, elle dit TOUT. Un blog, ce n'est qu'un blog. C'est fou le mal que peut faire un satané blog, le nombre de malentendus qu'il engendre, le nombre de cassures qu'il peut créer. J'en avais pris toute la mesure en perdant ma meilleure amie, par cet article maladroit. Et tout ça à cause d'un manque de distance...

Bon. J'aurais pu, Victor, réagir à cette phrase de Dawnora : "
Et pourtant, j'ai 24 ans aussi tu vois, mais nous n'avons pas les mêmes 24 années derrière nous, et je crois que tu envisages la vie avec un peu trop d'optimisme (en même temps c'est ce côté fleur bleu qui te donne ce charme spécifique)". J'aurais pu lui raconter mon enfance, mes blessures, les drames de ma vie... Mais pourquoi me justifier ? Pourquoi tenter de prouver quoi que ce soit ? Je n'ai rien à prouver.

Je ne m'appelle pas Mirabelle. Mirabelle est un personnage, un personnage que j'affectionne, qui me ressemble un peu, c'est vrai, mais qui n'est pas moi tout entière. Alors quelle preuve de quoi ? Tu vois, Victor, cette phrase, finalement, elle me fait sourire. Parce que Dawnora est la PREMIERE personne à m'accoler l'étiquette d'"optimisme". Et ça, ça montre que moi, M....., moi, la créatrice de Mirabelle et de ce blog, elle ne me connaît pas. Parce qu'en général, on me dit "pessimiste", "noire", voire "triste". Bien. Effectivement, cela se contredit un peu !

Alors oui, j'aurais pu lui raconter mon enfance, mes blessures, les drames de ma vie... Mais quel est l'intérêt ? Quel est l'intérêt, à part sombrer dans cette impudeur que j'ai décidé d'écarter de ma blogosphère à moi ? Quel est l'intérêt, à part entretenir chez mes lecteurs le côté voyeur que tous les blogueurs ont plus ou moins ? Quel est l'intérêt à part offrir mon intimité en pâture ? La vérité, c'est que je ne connais pas Dawnora. Et je connais encore moins les 24 années qu'elle a derrière elle. Je ne sais d'elle que ce qu'elle dévoile à travers son blog. Je ne la juge pas. Tout ce que je sais c'est que je ne sais rien, nous dit, il y a très très longtemps, un philosophe fort célèbre. On ferait bien d'en prendre de la graine.

Alors quand Dawnora affirme, qu'à son avis, je ne suis pas encore assez mature pour avoir un enfant, je me dis... Où place-t-elle la maturité ? Selon quels critères ? Comment la mesure-t-elle ? Et surtout... Pense-t-elle vraiment que ce blog dit tout ? On en revient toujours au même : qu'est-ce qu'un blog ? Quelle place a-t-il dans le quotidien des blogueurs ? A quel degré s'impliquent-ils dans la blogosphère ?

"La vie n'est pas aussi belle qu'elle n'y parait, et à te lire tu sembles avoir grandi dans une bulle très privilégiée. Etre professeur te confontre à certains aspects que tu n'avais pas envisagé jusqu'alors et tu es souvent destabilisée (y'a qu'à voir le nombre de fois où tu craques), je me dis juste qu'en tant que futur parent, tu devrais déjà te prendre quelques saloperies de la vie dans la gueule (pour parler plus cruement) et voir comment tu réussis à les encaisser, avant de te jeter dans une nouvelle expérience aussi intense que la maternité." : je n'irai pas décrire ma bulle. Il y a cependant, dans ce paragraphe, une chose qui me chiffonne : la mâturité se quantifie-t-elle par rapport au nombre de coups que la vie nous met dans la gueule ? Cela signifie-t-il qu'une personne (en imaginant que ce soit possible...) n'ayant connu aucun drame dans sa vie, serait forcément naïf et immature ? Là encore, je n'irai pas raconter les "saloperies" que la vie m'a mise dans la gueule (ce n'est pas le lieu et c'est du domaine de l'intime), je n'irai pas raconter l'histoire très compliquée de ma famille ni mes périodes noires.

J'ai juste une interrogation : pourquoi souhaiter à quelqu'un de se prendre des coups dans la gueule ? La sagesse vient avec l'expérience, dit-on. Mais l'expérience n'est, en tout cas dans mon esprit, pas forcément synonyme de drame (il peut l'être, malheureusement...). L'expérience, c'est l'évolution. C'est grandir. C'est faire des erreurs et en tirer des leçons. Si un jour j'ai en face de moi quelqu'un à qui la vit sourit, qui semble faire son petit bonhomme de chemin et qui avance, tranquillement, je n'irai pas lui dire qu'il manque de mâturité parce que la vie ne l'a pas bastonné. S'il fait ce qu'il peut pour être heureux, en ayant la chance d'être à peu près épargné par la vie, alors tant mieux pour lui, je m'en réjouirai. S'il est optimiste, si ça lui rend la vie plus douce, tant mieux, grand bien lui fasse !

"Tu es typiquement le genre de personne qui ne peut pas se rendre compte de la chance qu'elle a car elle n'a pas connu autre chose dans la vie (et je généralise car c'est vraiment une catégorie spécifique de personnes qui réussissent le concours)." : là, je l'avoue, c'est vrai, je n'ai jamais connu aucun échec scolairement. Et pourtant je me rends compte de la chance que j'ai. Je m'en rends compte. Parce que j'ai des proches qui galèrent, des amies qui n'ont pas eu le concours. Que je fais ce que je peux pour les aider, même si je ne peux pas grand chose. Bien sûr, on dira qu'il faut le vivre pour le ressentir, vraiment, profondément. C'est vrai également. Mais cela ne m'empêche pas de penser à ceux qui rament, à ceux qui ne s'imaginent nulle part dans dix ans, et cela me permet de garder les pieds bien ancrés dans le sol et de rester humble.

Quant au concours... Je ferais partie d'une catégorie. Ah. Bon. Sauf que dans ce cas-là, je ne comprends pas trop la liaison entre cette phrase et la suivante : "
le facteur chance est énorme". Bon. Je croyais que la chance se foutait éperdument des catégories, qu'elle consacrait ou abattait n'importe qui ? Si je fais partie d'une catégorie "qui réussit", cela signifie que tous les "étiquettés" dans cette catégorie réussissent, n'est-ce pas ? Alors que vient faire la chance là-dedans ? Ceci dit, je suis d'accord avec ça : le facteur chance est énorme. J'ai eu de la chance, c'est vrai. Mais la chance ne fait rien si on n'a pas bossé un minimum. Et ce en dehors de toute catégorisation, à l'opposé même de l'idée d'aléatoire.

Quand je lis ce commentaire de Dawnora, ainsi que le suivant, je me dis que tout ça, c'est beaucoup de bruit pour rien. Parce que le blog, pour moi, c'est juste l'occasion de m'exprimer, d'écrire, de rencontrer des plumes et des esprits intéressants. Je ne prétends jamais connaitre personne de la blogosphère. La vie m'a appris (oui oui, par expérience, et par certains pains dans la goule) que les gens ne sont jamais tout à fait fidèles à l'image qu'on a d'eux. On ne connait jamais vraiment quelqu'un.

J'ai toujours fait attention à ne juger personne sur la blogosphère. Parce qu'on ne sait jamais vraiment qui se cache derrière l'auteur. Parce que la blogosphère, au fond, ce n'est pas grand chose, et son importance est toute relative. La blogosphère est pour moi, M....., un moyen d'écrire, encore, toujours. D'essayer de relativiser ma petite existence, de la tourner en dérision. De rêver, un peu. De me faire plaisir. De m'enrichir. De voir la vie en rose par le pouvoir de l'imagination, par le pouvoir d'une conversation avec toi, Victor. C'est tout. Ca ne va pas plus loin que ça. Alors franchement, même si ça peut sembler contradictoire vu le nombre de mots que je viens d'aligner, tout ça, m'a vraiment l'air d'être beaucoup de bruit pour rien...

PS : Cependant, juste pour désigner l'exception qui confirme la règle, je conseille à tout lecteur qui ne serait pas convaincu par l'idée que "bloguer, c'est manipuler", d'aller faire un petit tour par ici. Comme ça... Pour voir... Et puis tiens, pendant qu'on y est, si vous assimilez "optimisme" à "manque de pains dans la goule", allez donc écouter cette chanson de Grand Corps Malade.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Wilma 26/06/2007 13:17

Beaucoup de bruit pour rien en effet...pourquoi ce besoin de te justifier si tu prétend ne pas être comme elle te décrit? Pour que tes proches qui lisent le blog te disent "mais non on te connais bien  tu n'est pas comme ca!"...un moyen de se rassurer donc...Peut être une volonté de tourner cela en dérision, une initiative bien puérile a mon goût, pour quelqu'un qui prétend que les blogs n'ont pas d'importance...Au fait Much Ado About Nothing est une comédie, pas une farce, associer Shakespeare a  ce genre de crépage de chignons est un total manque de respect au plus grand écrivain que le monde Anglophone est connu...A bon entendeurWilma

Mirabelle 26/06/2007 19:34

Comme l'a dit un jour mon William adoré : "Mieux vaut mourir incompris que passer sa vie à s'expliquer".Hihihihihi:D

Anaelle 17/04/2007 13:51

Un petit message, un peu en retard certes (mieux vaut tard que jamais parait-il!) pour t'exprimer tout mon soutien Mirabelle!
Je lis ton blog depuis un bon moment déjà, même si je ne commente que depuis très peu de temps.
Ton expèrience de PE1 puis de PE2, qui correspond exactement à mon parcours de PLC1 et de PLC2 me touche donc vivement, parce que tu sais trouver les mots pour écrire, parce que tu exprimes des angoisses et des incertitudes qui, je pense, sont le lot de tout prof débutant...
Quand à juger ta personnalité à travers les écrits que tu laisses, et se permettre de te faire de telles remarques.... Pff je n'y vois que la marque d'une personne aigrie (j'ai suivi le blog de cette personne tout au long de mon année de capes...) et entendre des propos qui mettent tous les heureux laurats des concours de l'EN dans le panier de gens qui ont juste en quelque sorte gagné la loterie, et bien nan, je ne suis pas d'accord!
Le Capes d'anglais pour moi a été très difficile, il a fallu travailler, mais je n'estime pas avoir été particulièrement chanceuse, juste récompensée de mes efforts et de mon travail, même si j'avoue qu'il y a en effet une part de chance, comme dans tout concours....
En tout cas, je prends toujours autant de plaisir à te lire, et on sent que tu prends un énorme plaisir à écrire, alors au final, je pense que c'est là le plus important!
 
quand à l'idée saugrenue de mettre ta vie entre parenthèse parce que tout le monde n'a pas eu le concours et que certains doivent le repasser plusieurs fois, pffff ce n'est pas certaienemnt pas ça qui aidera ces personnes à réussir leur concours et leur vie personnelle, alors profite, nan mais!
 
 

Mirabelle 17/04/2007 18:03

Merci Anaëlle ! C'est vrai que je n'ai pas trop compris d'où sortait cette critique... A l'origine, j'étais juste contente de faire partager mes envies de bébé et voilà que je me fais descendre ! lol Bon... Heureusement, cela ne m'a pas trop atteinte, peut être parce que je sais faire la part des choses entre le blog et ma vie réelle... "Le Capes d'anglais pour moi a été très difficile, il a fallu travailler, mais je n'estime pas avoir été particulièrement chanceuse, juste récompensée de mes efforts et de mon travail, même si j'avoue qu'il y a en effet une part de chance, comme dans tout concours...." : oui, moi aussi, à aucun moment je ne suis allée aux Epreuves les mains dans les poches, j'avais beaucoup travaillé pour l'obtenir, j'ai eu mes moments de désespoir comme tout le monde (c'est pourquoi j'étais étonnée que Dawnora sous-entende une telle chose, car j'avais beaucoup fait partager mes difficultés quant à ce concours sur ce blog...) et je crois que je l'ai mérité. "En tout cas, je prends toujours autant de plaisir à te lire, et on sent que tu prends un énorme plaisir à écrire, alors au final, je pense que c'est là le plus important!" : écrire, c'est ce que j'aime le plus, alors je crois que ce blog a encore de beaux jours devant lui ! :DA bientôt, Anaëlle ! ;-)

LUCQUIAUD 17/04/2007 00:21

Eh bien , jai passé un petit bout de temps à lire tout ça.... C'est intéressant , c'est même édifiant ...
 On en est à cette époque qui, pour compenser l'hypocritie qui était de mise dans la société antérieure à "68" fait, qu'aujourd'hui, on dit tout comme ça vient , comme on le pense . On reçoit" ses quatre vérités" à l'emporte pièce ... plaise ou plaise pas...  on en a rien à faire et on peut ajouter que notre franchise doit être salutaire à celui ou celle qu en fait les frais...
Autre temps... autres moeurs...
En fait il faut prendre ça en compte. et aller plus loin en ayant pris note et en ayant tourné la page. ...
L'Avenir devra, consister entre hypocritie et "quatre vérités"  à savoir positiver . Relever ce qui est positif  et faire avncer l'autre avec
Mais cela est un chemin nouveau . Il est la juste "Compassion"
 Bon j'arrête ... Oui ce que vus dites à propos du besoin d'écrire  dans un blog , est juste et ça n'a pas que du mauvais pour soi et ceux qui vous lisent ...
Bonne soirée Mirabelle . Mes hommages à ce pétillant M. Hugo
Farfadet

Mirabelle 18/04/2007 09:40

Merci pour ce point de vue, Monsieur Lucquiaud ! Je ne sais pas trop si c'est une tendance globale dans la société que de balancer ce qu'on pense à quelqu'un sans se soucier des conséquences. J'espère (encore de la naïveté ?) que la plupart des gens ne sont pas comme ça et pèsent bien leurs mots avant d'ouvrir leurs bouches...Il faudrait voir si ça se répand dans les années à venir... Je changerai peut être d'idée ! ;-)

maryline 15/04/2007 11:44

je ne sais plus quand c'était, depuis le début pratiquement, tu parlais de ta relation avec ton ex ( enfin qui n'était pas ton ex à ce moment la).

Mirabelle 15/04/2007 11:49

Ah oui effectivement... C'était l'époque où je n'avais pas encore différencié "blogosphère" et "intimité !" ;-) C'est d'ailleurs cette différenciation qui m'a amené à ne plus parler autant de ma vie amoureuse sur le blog ! :D

maryline 14/04/2007 22:39

pour être tout à fait honnete, quand j'ai commencé à lire ton blog, moi aussi je me suis dit "mais elle plane à 2000 m cette fille". Et puis j'ai continué à te lire , et puis à lire d'autres blogs, et j'ai finalement compris ce qu'est vraiment un blog, c'est aussi de la manipulation. Je lisais les aventures de Mel, et je croyais vraiment ce qu'elle disait, alors que Mel n'existe pas, depuis j'ai ouvert les yeux. Pour toi un blog ce n'est pas le reflet de ta réalité, c'est un journal intime, un espace de liberté, de reverie, de confidences sur le vif, rien de plus, rien de moins. Du moins j'espère avoir fini par comprendre ça.

Mirabelle 15/04/2007 10:05

"pour être tout à fait honnete, quand j'ai commencé à lire ton blog, moi aussi je me suis dit "mais elle plane à 2000 m cette fille"" : ah bon ? A quelle époque as-tu commencé à lire mon blog, Maryline ? Ca m'étonne un peu mais en même temps, j'imagine que c'est normal, c'est quand même pas commun de discuter avec un écrivain décédé, hein ? ;-)"Je lisais les aventures de Mel, et je croyais vraiment ce qu'elle disait, alors que Mel n'existe pas, depuis j'ai ouvert les yeux." : oui, moi aussi je la lisais et je ne me suis doutée de rien. C'est une fille que j'aimais bien, Mel... ;-) Et puis il y a eu la révélation. J'ai été très surprise. Mais pas en colère, pas déçue. J'ai lu de nombreux commentaires très agressifs de lecteurs qui se sont sentis trahis, ce qui peut se comprendre. Mais moi... Je me suis dit qu'au fond, ça ne changeait rien... C'est là que je me suis rendu compte qu'on n'était pas obligé de raconter la vérité, rien que la vérité, pour tenir un blog. "Pour toi un blog ce n'est pas le reflet de ta réalité, c'est un journal intime, un espace de liberté, de reverie, de confidences sur le vif, rien de plus, rien de moins." : exactement ! :D"Du moins j'espère avoir fini par comprendre ça" : je crois que tu as bien compris ! ;-)