Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cher lecteur,

Exceptionnellement, nous nous adresserons à toi directement : ce site n'est en aucun cas une biographie de Victor Hugo. Alors si tu pensais trouver ici la vie de notre Totor national en long, en large, et en travers, passe ton chemin !

 

Pour bien comprendre les propos de nos deux protagonistes :

1° Des caractères gras de couleur bleue quand Victor s'adresse à Mirabelle

2° Une police des plus classiques quand Mirabelle s'adresse à Victor

 

Sur ce, bonne lecture !

 

Un Mot Au Vol ?

Papotage Archivé

Opinion


Et si vous nous faisiez part de votre opinion ?


Victor mène l'enquête.

Parce que Mirabelle se le demande !




personnes ont écouté la conversation entre Mirabelle et Victor depuis leur rencontre.


Aujourd'hui, à :

il y a personne(s) qui papote(nt) avec Mirabelle et Victor.


La requête de Victor :

  • Parce que Mirabelle et moi-même aimons beaucoup de gens... Allez donc jeter un coup d'oeil à notre tour de tables !
 

Nos recommandations :

  • Un clic et vous y êtes... Si vous souhaitez quelques conseils pour guider votre lecture, bien entendu !



Lexique IUFMesque à l'usage des non-initiés :

  • Mirabelle, dans son infinie bonté, a daigné me proposer (ainsi qu'à toi, ô lecteur non affilié à l'Education Nationale !) un lexique de rattrapage, sensé me donner les repères indispensables à la compréhension de deux rubriques.


7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 19:44
Elle voulait être de ces femmes qu'on idôlatre. De ces femmes  qui déchaînent passions et coeurs, qui  vivent au présent. Elle voulait  être aimée, adorée, admirée. Elle voulait qu'on l'aime. Elle voulait faire partie de l'autre. Elle voulait  "représenter tout", "être la femme idéale", être indispensable. Elle voulait qu'on l'ait dans la peau. Elle voulait qu'on l'aime. Vraiment. Elle voulait être tout. Pas de juste milieu. Pas d'indifférence. Non. De la passion. Des sentiments exacerbés.
Elle voulait se sentir belle. Se sentir femme. Elle qui n'était jamais considérée que comme l'"intelligente", celle qui impressionne par son esprit, jamais par sa beauté. Elle voulait qu'on l'aime. Qu'on la désire. Qu'on l'épouse. Qu'on lui fasse un enfant. Qu'on s'engage avec elle, avec confiance, sans méfiance. A corps perdus.
Elle voulait exister. Exister dans ses yeux. Y voir quelqu'un de bien, y voir quelqu'un de beau. Se voir belle, se voir bien. Se voir aimée. Elle n'était qu'intelligente. Quand lui avait-on dit qu'elle était belle ? Belle... Sa soeur l'était. Pas elle. A croire que les gens entraient dans des cases et qu'ils y restaient. Elle ne serait jamais belle. Toujours intelligente. Toujours brillante. Mais jamais belle.
Elle voulait être aimée, comme elle l'aimait, lui. Sauter dans un train et aller le rejoindre, en se disant qu'il serait heureux. Ne pas être déçue, encore, toujours. Ne pas s'apercevoir que l'amour peut être raisonnable et raisonné. Ne pas attendre le bon moment. Le créer. De toutes pièces.
Elle n'était pas de celles qui méritent d'être aimées. Trop communes. La cuisse un peu fade, le teint un peu pâle, l'oeil sans éclat. La chair un peu flasque. Elle se dégoûtait suffisamment elle-même pour ne pas comprendre qu'elle n'avait aucun attrait. Elle avait eu très tôt conscience de cette faiblesse. Avait tout rattrapé sur l'impertinence, l'humour carnassier, le parcours scolaire parfait. Elle s'était dit... Elle s'était dit que, peut être, on l'aimerait pour ça... Elle l'avait cru, oui.
Mais le manque était là. Elle n'était pas belle. On ne l'idôlatrait pas, on ne l'adorait pas, on ne l'admirait pas. Pas même lui. Elle ne faisait pas partie de lui. Ne représentait pas tout pour lui. A aucun moment n'était la femme idéale. Elle n'était pas indispensable et il ne l'avait pas dans la peau. Elle était, au contraire, dans le très juste milieu. 
Pourquoi elle ? Pourquoi moi ?, se disait-elle. Et elle allait pleurer, doucement, tandis qu'il l'accusait encore d'une "crise à deux balles". Alors qu'elle était si malheureuse, si profondément malheureuse... Elle n'était peut être pas belle, elle ne méritait sans doute pas d'être aimée, mais lui, lui, il était aveugle, complètement aveugle, ne voyait rien de rien. Et ce n'était pourtant pas le fait de l'amour...

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rosa Negra 09/06/2007 21:31

Oh ben si tu piges pas du premier coup moi j'arrête les commentaires intellectuels, hein ! ^^

Mirabelle 10/06/2007 11:39

T'inquiète pas, ça finit par faire le tour quand même ! lol

marinounette 07/06/2007 22:30

Tu devrais mettre tes nistoires sur des nimages, faire des romans-photos :)

Mirabelle 09/06/2007 19:37

Naaaaaaaaaaaaaaaaan ! J'aurais peur qu'on me prenne au sérieux !;-)

Rosa Negra 07/06/2007 22:09

Et c'est en la voyant partir qu'il se rendrait compte qu'elle était tout... ou pas. Et c'est en ne s'en rendant pas compte qu'il lui permettrait, à elle, de se rendre compte qu'un homme incapable de la voir comme une part indispensable de son Tout n'est rien.

Mirabelle 09/06/2007 19:36

J'ai mis du temps à comprendre le sens de ton commentaire, Rosa Negra ! lol Mais une fois compris, je suis d'accord !;-)