Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cher lecteur,

Exceptionnellement, nous nous adresserons à toi directement : ce site n'est en aucun cas une biographie de Victor Hugo. Alors si tu pensais trouver ici la vie de notre Totor national en long, en large, et en travers, passe ton chemin !

 

Pour bien comprendre les propos de nos deux protagonistes :

1° Des caractères gras de couleur bleue quand Victor s'adresse à Mirabelle

2° Une police des plus classiques quand Mirabelle s'adresse à Victor

 

Sur ce, bonne lecture !

 

Un Mot Au Vol ?

Papotage Archivé

Opinion


Et si vous nous faisiez part de votre opinion ?


Victor mène l'enquête.

Parce que Mirabelle se le demande !




personnes ont écouté la conversation entre Mirabelle et Victor depuis leur rencontre.


Aujourd'hui, à :

il y a personne(s) qui papote(nt) avec Mirabelle et Victor.


La requête de Victor :

  • Parce que Mirabelle et moi-même aimons beaucoup de gens... Allez donc jeter un coup d'oeil à notre tour de tables !
 

Nos recommandations :

  • Un clic et vous y êtes... Si vous souhaitez quelques conseils pour guider votre lecture, bien entendu !



Lexique IUFMesque à l'usage des non-initiés :

  • Mirabelle, dans son infinie bonté, a daigné me proposer (ainsi qu'à toi, ô lecteur non affilié à l'Education Nationale !) un lexique de rattrapage, sensé me donner les repères indispensables à la compréhension de deux rubriques.


1 juillet 2007 7 01 /07 /juillet /2007 01:30
Mon cher Victor, 
--valcorrection.JPG
Je n'ai que très peu parlé, durant cette année de PE2 (et pendant nos conversations) du casse-tête que sont les évaluations. Non, effectivement ! Tu sais , Mirabelle, il y a énormément de lacunes dans nos discussions ! J'en suis bien consciente, mon pauvre Victor... J'essaierai de rectifier le tir pendant les vacances d'été !

Pendant mon SR3, j'ai dû évaluer les acquis de mes élèves. Eh bien laisse moi te dire que ce n'est pas une mince affaire ! Tu m'en diras tant... Pressée par l'instit' que je remplaçais ("Surtout, évalue bien ce que tu as fait ! Je n'ai quasiment pas fait d'évaluations au troisième trimestre et si je n'ai rien à montrer, les parents vont me tomber dessus !"), j'ai donc évalué conjugaison, géométrie et lexique.

Bon. Commençons par le début : la conjugaison. Il faut savoir, mon Victor, que l'instit' m'avait demandé de faire le passé composé avec ses élèves. Je m'attèle donc à la tâche, dès la première semaine. Malheur de malheur... Comme je te l'ai déjà dit... Les élèves sont très dissipés ! Exactement. Ils sont gentils mais assez paresseux. Ils n'écoutent pas grand chose. Et je dois sans arrêt ramer pour les intéresser, quand je ne suis pas obligée de faire de la discipline. Ca, ça devient un enjeu de société, ma pauvre chérie...

Au fur et à mesure des séances (très nombreuses et évidemment plus que prévu...), il s'est avéré que les élèves ne savaient pas reconnaître un verbe dans une phrase. Qu'ils ne maîtrisaient pas la notion de sujet. Qu'ils ne savaient pas conjuguer correctement "être" et "avoir" au présent. Dans ces conditions, je comprends que cela soit difficile... Mais ils ne sont encore qu'en CE1 ! Bien sûr. Et puis au fond, le passé composé, c'est compliqué. Je t'épargne les détails évidemment. Les séances défilent et avec elles la sensation de n'arriver à rien. Les gamins confondent tout, et j'ai bien du mal à y remédier. Pourtant, j'ai restreint au maximum et privilégié la conjugaison d'"être" et "avoir" ainsi que les verbes du premier groupe, en laissant tomber ceux du deuxième et troisième groupe. Comme tu peux t'en douter, ce sont surtout les verbes avec l'auxiliaire "être" qui posent problème...

La fin du stage approchant, je commence à concevoir mes évaluations. Je choisis consciencieusement mes exercices et élabore un système de notation (sur 10) dans la douleur. Je crains bien évidemment les résultats de cette évaluation et n'en attends pas grand chose de très reluisant, surtout quand je passe dans les rangs, le jour J, et constate que les élèves n'ont pas compris que le passé composé est formé de deux mots. C'est pourtant la base ! Aie ! C'est la mort dans l'âme que je récupère toutes les copies et que je me mets à corriger, le soir même.

Et là, c'est le drame. C'est de ma faute, en plus. Je me suis trompée dans mes comptes (eh oui, les chiffres et moi, décidemment, cela fera toujours deux) et mon système de notation est fichu en l'air. Après une quinzaine de minutes de prise de tête, j'en arrive à la désagréable conclusion qu'il me FAUT noter les élèves sur vingt. Je n'aime pas ça. Au CE1, ce n'est pas adapté. Je m'y résouds cependant, en soupirant.

Deux heures plus tard, je suis complètement déprimée. Ces évaluations sont CA-TAS-TRO-PHIQUES. Vraiment ? Vraiment. Deux élèves s'en sortent à peu près convenablement. C'est le raz-de-marée pour les autres. Les notes sont si basses que je n'ose même pas t'en donner une fourchette ! Ah la la... Ces notes m'amènent bien sûr à douter : sans doute ai-je mal fait passer la notion, j'aurais dû prendre les choses par un autre bout, n'ai pas été assez clair pour expliquer la formation du passé composé... Oh, allez ! Tout le monde se plante, Mirabelle ! Et puis s'ils n'écoutaient rien ! Ne remets pas tout sur le dos des gamins, Victor ! Disons que j'essaie de faire en sorte que tu cesses de te flageller !

Bref. Après avoir mûrement réfléchi, j'ai décidé de ne pas rendre les évaluations aux élèves. Je les ai laissées à disposition de l'instit', pour qu'elle puisse se rendre compte des erreurs, tout en lui précisant que je souhaitais qu'elle les garde pour elle. Mais je ne voulais absolument pas les rendre. Je ne vois pas l'intérêt de mettre tous les élèves face à l'échec et de les décourager. Il y aurait eu des larmes. Je crois que tu as bien fait, Mirabelle... Je ne suis pas enseignant mais, effectivement, le but de l'Ecole est d'aider à l'épanouissement de l'élève, et certainement pas de le casser... Tes raisons sont tout à fait légitimes ! 

Je ne sais pas si j'ai bien fait. De toute façon, je pense qu'on ne peut jamais le dire. Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise solution. Il y a juste un choix. Ce qui est certain, c'est que l'évaluation me questionne pas mal. Si elle doit "sanctionner" les apprentissages, tout doit être soupesé très clairement, et surtout s'adapter à ce qui a été fait en classe. A ce qui a REELLEMENT été fait. Il faut être juste et savoir distinguer ce qui n'a été qu'effleuré (et qui ne nécessite pas d'évaluation...) de ce qui a été étudié en profondeur. Ce n'est pas si évident car cela recquiert un certain recul par rapport à sa pratique, recul que nous, professeur des écoles débutants, n'avons pas toujours. Nous sommes généralement, comme le disent les IMF, "dans le feu de l'action". Occupés à boucler la journée du lendemain, fiches de prep' de français, de maths... Nous sommes dans l'urgence de l'instant. Il nous faudra apprendre à prendre le temps de nous retourner sur ce qui a été fait. Nous avons toute notre carrière pour y parvenir, peu à peu.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marguerite 04/07/2007 13:05

"à vrai dire, jai n'ai pas de maître de stage, je n'ai donc pas pu lui demander son avis ! ;-)"J'oublie toujours que le maître de stage est visiblement une invention belge!  Comment dois-je dire alors... l'instit-qui-a-en-charge-cette-classe-d'habitude ;-)Bien sûr ! Je vais t'envoyer un petit mail ! :D Merci d'avance :)))

Mirabelle 05/07/2007 11:15

Ben... Oui, c'est pas mal ! Tu peux aussi dire "l'instit' titulaire" ou ce genre de choses ! :DLe mail est parti !

Marguerite 01/07/2007 18:08

Mirabelle, ce n'est pas l'endroit, mais je n'ai pas trouvé le "Contacter l'auteur du blog"... J'irai peut-être vivre en France dans 2 ans, et il me faudra alors passer le CRPE. Pourrais-tu me donner une liste d'ouvrages qui me permettraient de m'y mettre tout doucement?

Mirabelle 03/07/2007 18:04

Bien sûr ! Je vais t'envoyer un petit mail ! :D

Pat La Fourmi 01/07/2007 16:43

Bonsoir Mirabelleque d'instits pour te conseiller!!moi aussi je suis instit ( je précise bien pas prof dezécolle)je vois donc qu'il est beaucoup d'école où l'évaluation se fait encore avec notes au CE1chez nous aucune note ni en CP ni en CE et très peu en cycle 3les évaluations prennent trop de place dasn les apprentissagessi on observe bien sa classe au quotidien, si les enfants progressent sans le stress de l'erreur, si les "corrections" sont faites de manière individualisée , pour moi nul besoin d'évaluations... un petit mot régulier pour expliquer aux parents où ils en sont, éventuellement un système de brevets, de ceintures ou d'arbres de connaissance si on veut une vision globale de la classeallez bon courage pour la suitepour moi c'est bientôt la finPat

Mirabelle 03/07/2007 18:03

C'est intéressant ce que tu me racontes là, Pat... Je me demande quel est l'avis des enseignants sur la question, il serait intéressant de faire un sondage parmi les instit ! Je ne connais pas encore très bien le système de brevets et d'arbres, un peu plus celui des ceintures. Je crois que je vais me pencher sérieusement là dessus pendant les vacances d'été.A bientôt Pat ! :D

Marguerite 01/07/2007 15:12

Tu dois tenir compte aussi du fait que les élèves avaient visiblement d'importantes lacunes. Difficile pour toi de les amener à acquérir la notion de sujet et de verbe, ainsi que la conjugaison des verbes être et avoir durant une séquence prévue pour le passé composé : ces pré requis étaient supposés connus, et tu manquais de temps pour les enseigner toi-même.Quant à savoir si c'était une bonne idée... Je dirais que cela dépend des élèves. C'est l'expérience et la connaissance que l'on a de nos élèves qui permettent de déterminer si une évaluation ratée risque de les démotiver ou va au contraire les faire réagir... Qu'en a pensé ta maître de stage?Personnellement, les (corrections des) évaluations font partie de ce que j'aime le moins dans ce métier. J'ai horreur de sanctionner les élèves, j'ai toujours tendance à me dire que ce n'est pas juste, que ce n'est pas leur faute, qu'il a dû se passer quelque chose... Mais ça fait partie de notre apprentissage comme de celui des élèves.

Mirabelle 03/07/2007 17:59

C'est vrai que je me suis retrouvée entre deux feux... Le présent n'étant pas maîtrisé, il était difficile d'arriver à quelque chose de satisfaisant en ce qui concerne le passé composé..."Je dirais que cela dépend des élèves. C'est l'expérience et la connaissance que l'on a de nos élèves qui permettent de déterminer si une évaluation ratée risque de les démotiver ou va au contraire les faire réagir... Qu'en a pensé ta maître de stage?" : à vrai dire, je n'ai pas de maître de stage, je n'ai donc pas pu lui demander son avis ! ;-)"Personnellement, les (corrections des) évaluations font partie de ce que j'aime le moins dans ce métier. J'ai horreur de sanctionner les élèves, j'ai toujours tendance à me dire que ce n'est pas juste, que ce n'est pas leur faute, qu'il a dû se passer quelque chose... Mais ça fait partie de notre apprentissage comme de celui des élèves." : je pense que je n'ai pas encore assez d'expérience dans le métier pour dire si j'aime ou pas les évaluations. Tout ce que je sais, c'est que je les trouve difficiles à concevoir et qu'elles sont indispensables pour savoir où en sont les élèves, ce qu'ils ont assimilé ou non !A bientôt, Marguerite !

Rosa Negra 01/07/2007 10:59

Hello !De ce que j'ai pu voir en stages d'observation chez des enseignants plus "expérimentés", je ne sais pas si tu as eu raison. Enfin... Oui et non. Ca dépend de ce que tu as fait avant. J'ai pu observer qu'ils faisaient une évaluation (intermédiaire ou non, selon les résultats) qui servait un peu d'électrochoc aux enfants sans pour autant les enfoncer. "Vous voyez, si vous n'écoutez pas très attentivement, je pourrais vous expliquer cent fois de façon différente vous ne comprendriez toujours pas. La prochaine fois, j'espère que vous aurez compris la leçon et que vos parents pourront être fiers de vous". En général, les enfants se mettaient au travail et arrêtaient de chahuter puisque leur "échec" avait été mis sur le compte de leur agitation plutôt que sur le facteur "nullité". Du coup, ils montraient une évaluation bien meilleure (après reprise des explications nécessaires) aux parents.Maintenant, tout dépend sûrement du niveau de "perturbation" de la classe que tu avais. Je n'ai pas encore pu le voir par moi-même mais je suppose que chaque classe est différente et, donc, ne réagit pas de la même façon à ce genre de stimuli...Bon ben la question reste posée : as-tu bien fait ? Je serais bien mal placée pour te répondre ^^

Mirabelle 01/07/2007 11:17

Cette évaluation était conçue comme une évaluation de fin de séquence, et pas comme une évaluation intermédiaire. J'aurais pu en faire une mais je n'ai tout simplement pas eu le temps ! lol J'ai aussi songé à la faire refaire mais je n'ai pas eu le temps non plus, car j'avais d'autres évaluations sur le feu et il fallait que je termine tout ce que j'avais commencé et c'était quasiment la fin de la dernière semaine ! Donc pour une question de timing... Ca n'a pas été possible !