Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cher lecteur,

Exceptionnellement, nous nous adresserons à toi directement : ce site n'est en aucun cas une biographie de Victor Hugo. Alors si tu pensais trouver ici la vie de notre Totor national en long, en large, et en travers, passe ton chemin !

 

Pour bien comprendre les propos de nos deux protagonistes :

1° Des caractères gras de couleur bleue quand Victor s'adresse à Mirabelle

2° Une police des plus classiques quand Mirabelle s'adresse à Victor

 

Sur ce, bonne lecture !

 

Un Mot Au Vol ?

Papotage Archivé

Opinion


Et si vous nous faisiez part de votre opinion ?


Victor mène l'enquête.

Parce que Mirabelle se le demande !




personnes ont écouté la conversation entre Mirabelle et Victor depuis leur rencontre.


Aujourd'hui, à :

il y a personne(s) qui papote(nt) avec Mirabelle et Victor.


La requête de Victor :

  • Parce que Mirabelle et moi-même aimons beaucoup de gens... Allez donc jeter un coup d'oeil à notre tour de tables !
 

Nos recommandations :

  • Un clic et vous y êtes... Si vous souhaitez quelques conseils pour guider votre lecture, bien entendu !



Lexique IUFMesque à l'usage des non-initiés :

  • Mirabelle, dans son infinie bonté, a daigné me proposer (ainsi qu'à toi, ô lecteur non affilié à l'Education Nationale !) un lexique de rattrapage, sensé me donner les repères indispensables à la compréhension de deux rubriques.


27 août 2007 1 27 /08 /août /2007 01:51
Mon cher Victor,

perfection.jpg
Tout d'abord, je tiens à remercier "Pseudo", venue commenter ici récemment et  qui  me permet aujourd'hui d'écrire l'article suivant. Son commentaire m'a fait réfléchir. A quoi donc ? A l'image que véhiculent les enseignants, à ce qu'on attend d'eux.

Tu as été vexée à propos de cette remarque sur ton orthographe ? Eh bien... Vexée est un bien grand mot... Disons que j'ai trouvé ça un peu... Tiré par les cheveux... Tu entends par là que ton orthographe n'est pas aussi catastrophique que le le laissait penser ce commentaire ? Eh bien... Je conçois tout à fait faire des erreurs mais si j'avais eu un niveau si déplorable, crois-moi, je n'aurais pas obtenu le concours ! C'est un argument valable...

Enfin bref. En fait, ce n'est pas sur mon orthographe que je me suis interrogée, mais sur l'image du professeur des écoles. J'ai reçu, parfois, des mails assez désagréables de lecteurs ne comprenant pas l'intérêt de nos conversations. Ils ont le droit, Mirabelle ! Tout le monde n'est pas forcé d'apprécier nos discussions ! Attends un peu la suite avant de monter sur tes grands chevaux... Certaines personnes se sont offusquées du ton humouristique et décalé de nos conversations (enfin, je ne sais si c'est ainsi qu'elles sont perçues par notre lectorat mais c'est du moins ainsi que nous les concevons...) venant d'un professeur des écoles. Ah... Est-ce à dire qu'un hussard de la République se doit d'être parfait, en toute circonstance ? Eh bien, c'est ainsi que je l'ai compris, oui...

Comme l'a dit Rosa Negra, avant d'être enseignante, je suis un individu.
Bon. Si tu connais, toi, un individu qui soit parfait sur notre bonne vieille terre, fais-moi signe sur le champ ! Je ne pense pas que quiconque, sur cette terre, puisse prétendre au titre de perfection... Moi non plus. Bref. Aussi incroyable que cela puisse paraître, je ne suis pas la même femme dans le cercle privé que dans le cercle professionnel. Dans le cercle privé, il peut m'arriver de laisser passer quelques fautes d'orthographe (nous y revoilàààà ! Tu vois que tu ne digères pas... Mais siii !) contrairement au cercle professionnel, où je suis extrêmement vigilente à l'égard de tout ce qui pourrait porter préjudice aux élèves. Par conséquent, tu relis plusieurs fois les documents que tu comptes distribuer aux enfants, tu prends garde à ton écriture, tu... Voilà ! Ne me coupe pas la parole, tu veux ? Pardon, Victor... Je disons donc que, consciente des responsabilités éducatives qui sont les tiennes en tant que professeur des écoles, tu traques la moindre de tes faiblesses dans le cadre de la classe ! Tout à fait. C'est bon, je peux reprendre la main ? Oui.

J'aimerais revenir un instant sur ma formation à l'IUFM. En fin d'année, on nous a souhaité bonne chance pour notre beau voyage vers la titularisation. On nous a demandé de composer avec nos faiblesses, en des termes qui rejoignaient à peu près l'idée suivante : nous devrons faire avec nos difficultés, les combattre en travaillant sur les domaines avec lesquels nous sommes les moins à l'aise (les mathématiques, en ce qui me concerne...). J'avais été surprise par cette réunion, Victor. Parce qu'on admettait que les professeurs des écoles, avant d'exercer leur métier, étaient des personnes, et en tant que personne, ils avaient leurs forces, certes, et leurs bêtes noires contractées tout au long de leurs propres scolarités. C'est quelque chose que j'ai apprécié. Vraiment. Parce qu'on n'essayait pas de nous faire passer pour les sauveurs de l'humanité. Les choses ont été dites clairement. Sincèrement. Honnêtement. Et tenir compte de nos appréhensions d'individus, de nos forces, de nos faiblesses, m'a donné encore plus envie de faire ce métier, parce que justement, on nous a fait comprendre que nous pouvions y arriver, quel que soit notre passé scolaire, nos lacunes etc. Le mot "perfection" n'a pas été prononcé. Et je t'assure que ça, ça donne la foi.

Bien sûr, cela ne signifie pas qu'on vous aie dit : "vous avez notre bénédiction pour ne pas en foutre une !". Non. Nous avons bien compris que c'est à force de travail et de persévérence que nous parviendrions à devenir de bons enseignants. Ne me fais surtout pas dire ce que je n'ai pas dit ! De toute façon, un enseignant consciencieux ne pourrait, de lui-même, pas se reposer sur ses lauriers. C'est une question de principe. La conception du métier, de sa responsabilité, de son utilité, est en jeu.

Tout ça pour dire que les instits', conscients de leurs responsabilités, sont juste des gens qui font leur maximum pour transmettre des savoirs correctement et pour se montrer dignes de leur fonction, avec exigence et rigueur. Enfin, ce n'est que ma façon de voir les choses, n'est-ce pas... Mais m'est avis que beaucoup de collègues la partagent...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

pseudo 01/09/2007 01:49

Mon Dieu mon Dieu (façon de parler)! Si j'aurais su, j'aurais rien dit!Je suis désolée pour ces malentendus; la réflexion sur l'orthographe était sans doute déplacée, peu justifiée et un rien pédante. Pour clore ce chapitre, moi aussi je fais des fautes, surtout après avoir corrigé une centaine de copies remplies d'erreurs. Mais sur le fond...  Je n'ai pas écrit que ce blog était inintéressant, ni que les enseignants se devaient d'être irréprochables! J'enseigne moi-même, depuis cinq ans; je sais exactement ce que cela signifie, et ce dans des situations extrêmes (bombes lacrymogènes dans les couloirs, parents menaçants, ou, au contraire, établissement réputé avec élèves arrogants et parents haut placés et méprisants). Je voulais simplement exprimer mon étonnement face à ce questionnement sur le "devoir de réserve" que tu évoquais, Mirabelle, en semblant craindre une "descente" de police sur ton blog. Cela me semblait quelque peu exagéré. Il est vrai également qu'en ce qui me concerne, j'ai eu la chance d'avoir des formateurs IUFM à Paris extrêmement brillants - sauf exception, comme toujours! - et que leurs conseils et leur implication face à une classe très difficile m'a aidée à faire face et à supporter une année qui sans eux se serait sans doute soldée par une démission. Je conçois que l'on puisse trouver la formation des IUFM inutile ou même ridicule, mais ce qui m'étonnait également, c'est le manque de communication, ou plus simplement d'échange, que vous sembliez avoir avec vos formateurs : nous aussi nous avions parfois des sujets de récrimination, mais nous les exprimions devant les personnes concernées, sans craindre de mesures de rétorsion particulières... Il n'y en a pas eu d'ailleurs.Bien sûr que les profs sont des personnes comme les autres; qui a jamais dit le contraire? Ni meilleures ni pires... mais avec davantage de responsabilités, et c'est cela qui n'est pas reconnu. Je ne doute pas un instant, Mirabelle, de la qualité de ton enseignement, et même de la qualité de ton être (au sens de "das Sein"); ton Etre si tu préfères.Pardon pour ce long développement; j'espère que tu auras eu la patience de le lire jusqu'au bout.

P'tite chouquette 29/08/2007 21:00

C'est vrai qu'aux yeux de certaines personnes, on devrait tout savoir. C'est comme resto où on me demande de calculer la part de chacun parce que je suis instit ... eh ben non, j'suis nulle en calcul en mental. Et les "oh mais tu devrais savoir ça toi qui est prof !!"

Miss Alfie 28/08/2007 09:39

Si certains critiquent négativement, moi je souhaiterai te/vous dire que j'apprécie le regard sur le monde enseignant que vous nous offrez.Ma mère était institutrice en maternelle. Elle n'exerce plus depuis quelques années déjà, et pourtant, je crois que les choses n'ont pas évolué, et ont peut-être même empiré. On attend des enseignants qu'ils soient irréprochables, qu'ils fassent toujours le bon choix, qu'ils comblent les lacunes éducatives des parents, qu'ils endossent le rôle du méchant quand les parents auront celui du protecteur.Or, je ne crois pas que cela fonctionne ainsi. Un enseignant est un homme ou une femme de savoir, qui se doit de transmettre une science à ses élèves. Mais comme tout être humain, l'enseignant est fragile, il n'est pas au-dessus des autres. Alors, parfois, il sera plus faible, moins performant. Mais il n'en sera pas moins humain...

Mirabelle 28/08/2007 22:40

"Ma mère était institutrice en maternelle. Elle n'exerce plus depuis quelques années déjà, et pourtant, je crois que les choses n'ont pas évolué, et ont peut-être même empiré." : c'est quelque chose que j'entends beaucoup aussi dans mon entourage malheureusement... Il paraît que l'âge d'or de l'enseignement est terminé... Ce qui ne m'étonnerait pas vues les suppressions de postes annoncées."Or, je ne crois pas que cela fonctionne ainsi. Un enseignant est un homme ou une femme de savoir, qui se doit de transmettre une science à ses élèves. Mais comme tout être humain, l'enseignant est fragile, il n'est pas au-dessus des autres. Alors, parfois, il sera plus faible, moins performant. Mais il n'en sera pas moins humain..." : c'est tout à fait le fond de ma pensée ! :D Je vois que tu es à fond d'accord avec moi, Miss Alfie ! ;-)

Bouny 27/08/2007 19:37

Beaucoup de gens, dont 99% ne sont pas enseignants !!!, s'imaginent que lorsqu'on est prof on doit avoir un certain comportement, penser et dire certaines choses... Je me souviens d'une fois où j'avais acheté des produits surgelés à la grande surface du coin et j'étais tombée sur une mère surprise (choquée !!!) que je ne cuisine pas moi même tout les plats, avec le temps que j'avais hors de la classe !!!Ca fait partie des grandes discussions que l'on peut avoir... comme les vacances... Ces gens s'imaginent que l'on est prof et c'est tout. Franchement faut pas se prendre la tête avec ça !!!Et n'arrêtez pas vos petites discussions que j'adore lire !!!

Mirabelle 28/08/2007 22:54

C'est vrai que ce que vous racontez là, c'est le même ordre d'idées... C'est fou le nombre d'a-priori qui peuvent courir sur notre métier... Sur beaucoup de métiers, d'ailleurs, vous me direz, qui sont forcément mal connus... Ca me sidère...

Rosa Negra 27/08/2007 15:27

Des mails de personnes mécontentes ? Mon dieu ! A croire que les gens n'ont que ça à faire, en toutes occasions, que de montrer du doigt ce qui ne leur plait pas (à tort ou à raison) au lieu de se focaliser sur ce qui leur plait.Tiens, justement, par rapport à ce que l'on attend de l'enseignant. Je viens de recevoir une partie de mes cours. Il s'agit d'un DVD de préparation à la première partie de l'oral d'entretien sur lequel figurent des simulations d'épreuves ainsi que des évaluations (entre autres). A propos d'une "candidate" (ce sont des personnes préparant le CRPE qui se sont prêtées au jeu), un des examinateurs disait qu'elle n'avait pas voulu donner d'avis personnel, peut-être par peur de ne pas être "politiquement correcte" et qu'il s'agissait d'un manque de confiance en eux (les examinateurs) ou d'un manque de confiance en elle.Autrement dit, ils paraissaient laisser une place importante à l'individu quant au recrutement de futurs professeurs des écoles.Reste à savoir dans quelle mesure, donc, une fois devenus enseignants, les professeurs cesseraient d'être également des individus...

Mirabelle 28/08/2007 22:53

"Tiens, justement, par rapport à ce que l'on attend de l'enseignant. Je viens de recevoir une partie de mes cours. Il s'agit d'un DVD de préparation à la première partie de l'oral d'entretien sur lequel figurent des simulations d'épreuves ainsi que des évaluations (entre autres)." : j'ai vu sur ton blog que tu t'étais bousillé les yeux là-dessus ? ;-)"A propos d'une "candidate" (ce sont des personnes préparant le CRPE qui se sont prêtées au jeu), un des examinateurs disait qu'elle n'avait pas voulu donner d'avis personnel, peut-être par peur de ne pas être "politiquement correcte" et qu'il s'agissait d'un manque de confiance en eux (les examinateurs) ou d'un manque de confiance en elle." : c'est ça qui, dans le fond, est très très contradictoire. La préparation aux oraux, en soit, soulève des questions un peu problématiques... D'un côté, on demande d'entrer dans le moule. Car on dira ce qu'on voudra mais pour pouvoir rentrer dans l'Education Nationale, il faut quand même avoir une certaine façon de penser. Mais en même temps, je me souviens qu'en préparant l'oral, on m'avait dit de ne pas être trop scolaire, de nuancer, de donner mon point de vue... On cherche aussi à voir si on a l'esprit critique et une certaine vision.Dans le fond, je me dis que c'est un peu le même problème que ce que je disais dans mon article "Liberté et devoir de réserve" : on nous demande de servir l'Etat sans faire preuve d'un point de vue qui pourrait nous être reproché, alors que nous exerçons notre esprit critique, esprit critique que nous sommes censés éveiller chez nos élèves. Alors tout cela est un peu... Confus. Et... Bizarre. Difficilement démêlable.