Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cher lecteur,

Exceptionnellement, nous nous adresserons à toi directement : ce site n'est en aucun cas une biographie de Victor Hugo. Alors si tu pensais trouver ici la vie de notre Totor national en long, en large, et en travers, passe ton chemin !

 

Pour bien comprendre les propos de nos deux protagonistes :

1° Des caractères gras de couleur bleue quand Victor s'adresse à Mirabelle

2° Une police des plus classiques quand Mirabelle s'adresse à Victor

 

Sur ce, bonne lecture !

 

Un Mot Au Vol ?

Papotage Archivé

Opinion


Et si vous nous faisiez part de votre opinion ?


Victor mène l'enquête.

Parce que Mirabelle se le demande !




personnes ont écouté la conversation entre Mirabelle et Victor depuis leur rencontre.


Aujourd'hui, à :

il y a personne(s) qui papote(nt) avec Mirabelle et Victor.


La requête de Victor :

  • Parce que Mirabelle et moi-même aimons beaucoup de gens... Allez donc jeter un coup d'oeil à notre tour de tables !
 

Nos recommandations :

  • Un clic et vous y êtes... Si vous souhaitez quelques conseils pour guider votre lecture, bien entendu !



Lexique IUFMesque à l'usage des non-initiés :

  • Mirabelle, dans son infinie bonté, a daigné me proposer (ainsi qu'à toi, ô lecteur non affilié à l'Education Nationale !) un lexique de rattrapage, sensé me donner les repères indispensables à la compréhension de deux rubriques.


30 décembre 2007 7 30 /12 /décembre /2007 18:19
Je me réveille le matin sans penser à toi. J'ouvre mes volets et le soleil entre dans ma chambre. La journée commence bien, sans penser à toi. Je bois mon thé après avoir fait attention à Nougatine, qui va toujours fureter autour de la bouilloire brûlante. Sans penser à toi. Je me goinfre de céréales et me admire le ciel, sans penser à toi. Sans penser à toi, je file sous la douche et  souris à mon chat qui tient à m'accompagner. Sans penser à toi, je lui fais la causette et il me regarde, campée comme une reine, les oreilles dressées. Puis je m'habille sans penser à toi, je me maquille sans penser à toi, je me fais des grimaces dans la glace. Sans penser à toi. Puis je fais du ménage, sans penser à toi, je vais écrire un peu. Avec de la musique pour faire venir l'inspiration. Sans l'ombre d'une seconde penser à toi. Il se peut aussi que je prenne des nouvelles de ma mère, que je reste une quinzaine de minutes pendue au téléphone, ou que Sophie me passe un coup de fil. Sans penser du tout à toi. Et la matinée à déjà filé, je prépare mon repas en engueulant mon chat qui monte sans arrêt sur la paillasse et que le vaporisateur ne suffit plus à repousser. J'écoute les infos sur France Inter, je regarde par la fenêtre, j'admire l'église, le château, je feuillette Télérama avec nonchalance. Le tout, sans penser à toi bien sûr.
Et puis je me bois un thé, en feuilletant des catalogues de vente par correspondance, en m'imaginant dans des tas de robes, sans penser à toi. Si l'envie me prend, je descends faire un petit tour en ville, je fais les vitrines, je flâne en rêvassant, j'observe les gens en me demandant quelles vies ils ont, s'ils sont heureux ou malheureux. Pendant ce temps-là, je ne pense pas du tout à toi. Quand je rentre, mon chat me fait la fête et je la fais courir, sauter, je ris, elle s'en donne à coeur joie. Dans ces moments là, ni elle ni moi ne pensons à toi. Dans les instants de flemmardise extrême, je mets un peu la télé, je zappe, je me laisse absorber par des bêtises. Et alors, je ne pense pas à toi. Enfin, quand mon estomac crie famine, je sors les légumes du réfrigérateur et je me fais une grande salade, trop grande comme d'habitude, une salade pleine de couleurs, genre "je me crois en été". Et pendant que je m'affaire, à aucun moment je ne pense à toi. Même chose quand je remplis le lave-vaisselle que le chat veut toujours explorer.
A 20 h 20, c'est "Plus Belle La Vie" et évidemment, pendant vingt-cinq minutes environ, je  ne pense pas du tout à toi vu que je suis sur la place du Mistral. Je ne pense pas à toi non plus quand je me regarde un film, quand je caresse mon chat du bout des doigts, mon beau chat qui dort et ronronne paisiblement juste à côté de moi, ou qui fait des glissades sur mon tapis selon son humeur. Puis, sans penser à toi, je vais me mettre en pyjama, je me démaquille, je baille, je me lave les dents. Et, tu l'auras deviné, je vais me coucher. Calmement. Je m'endors tout de suite. Sans penser à toi.
Non. Tu sais comment je suis, hein. Je fais exprès de dire des conneries. En fait, tout ça, c'est ce que je devrais faire, si seulement je ne pensais pas à toi.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mdame Rosa 31/12/2007 10:19

C'est un mauvais moment à passer, mais tu verras, tu l'oublieras au fil du temps.Profites en pour bien t'occuper de toi, de te chouchouter, de voir tes amis. Au fil du temps, en pensant à lui, tu auras moins mal.BisousCourageBonne année .

eleonore 30/12/2007 23:16

Le menu de cette fin d’année : Pain surprise d'amitié,Petits canapés de bonheur,Feuilletés de succès sur son lit de réussite, Fricassée de bonne santé, Friandises de chance,Poêlée de tendresse en habit de sourire Café au sucre d'amour.A tout cela nous rajoutons les rires multicolores en petites bulles pétillantes.Je vous souhaite une Bonne et Heureuse Année 2008. 

Sevi 30/12/2007 23:08

Ah Mirabelle... Cela fait quelques mois que j'essaie de me forcer à ne plus penser à un "lui" aussi... et c'est très douloureux quand malgré toute la volonté du monde, le cerveau reste bloqué sur une seule pensée, une seule personne... Tout le monde me dit que ça passera, je sais que cela passera, cela passera pour toi aussi; mais je comprends ta peine; et je pense désormais qu'on apprend seulement à vivre avec, mais oublier, c'est impossible...allez Mirabelle, profite de la vie et fais toi belle pour toi. bisous

Rosa Negra 30/12/2007 22:42

Bonsoir !Il est naturel de penser à lui de cette façon, c'est la première étape avant de l'oublier complètement.Un petit bisou de réconfort sur chaque joue pour toi, miss Mirabelle.

Sophie 30/12/2007 20:59

Courage. Il faut s'accrocher.