Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cher lecteur,

Exceptionnellement, nous nous adresserons à toi directement : ce site n'est en aucun cas une biographie de Victor Hugo. Alors si tu pensais trouver ici la vie de notre Totor national en long, en large, et en travers, passe ton chemin !

 

Pour bien comprendre les propos de nos deux protagonistes :

1° Des caractères gras de couleur bleue quand Victor s'adresse à Mirabelle

2° Une police des plus classiques quand Mirabelle s'adresse à Victor

 

Sur ce, bonne lecture !

 

Un Mot Au Vol ?

Papotage Archivé

Opinion


Et si vous nous faisiez part de votre opinion ?


Victor mène l'enquête.

Parce que Mirabelle se le demande !




personnes ont écouté la conversation entre Mirabelle et Victor depuis leur rencontre.


Aujourd'hui, à :

il y a personne(s) qui papote(nt) avec Mirabelle et Victor.


La requête de Victor :

  • Parce que Mirabelle et moi-même aimons beaucoup de gens... Allez donc jeter un coup d'oeil à notre tour de tables !
 

Nos recommandations :

  • Un clic et vous y êtes... Si vous souhaitez quelques conseils pour guider votre lecture, bien entendu !



Lexique IUFMesque à l'usage des non-initiés :

  • Mirabelle, dans son infinie bonté, a daigné me proposer (ainsi qu'à toi, ô lecteur non affilié à l'Education Nationale !) un lexique de rattrapage, sensé me donner les repères indispensables à la compréhension de deux rubriques.


30 janvier 2008 3 30 /01 /janvier /2008 01:45
Mon cher Victor,

famillejo.gif

Il a suffi d'un coup de fil, d'un seul, pour que toutes mes défenses tombent. Ce n'est pas vrai ?! Il t'a rappelée ? Il ne manque pas de culot, celui-la ! Non, il ne m'a pas appelée. Je suis sans nouvelle et ne cherche pas à en avoir. Qui alors ? Mon ex belle-mère. Ah...

Elle a obtenu son BTS et voulait m'en informer, tout en me remerciant pour la carte de voeux que je leur ai envoyée, à son mari et elle, pour la nouvelle année. Dès que j'ai entendu sa voix, ma boule dans la gorge est revenue. Nous avons parlé une demie-heure. Je lui ai dit la vérité, toute la vérité, rien que la vérité. Sans tricher. Sans faire semblant. Avec toujours cette boule dans la gorge. Face à la chaleur de sa voix, tous mes souvenirs, comme par magie, sont sortis de la boîte où je les avais soigneusement rangés. Tous. Il suffit de si peu de choses, au fond, pour s'apercevoir qu'on n'a encore rien réglé... Que cette colère accumulée, toute cette colère, n'était qu'un masque, un masque pour cacher le chagrin que j'éprouve encore, malgré tous mes efforts pour oublier...

Nous avons parlé longtemps. Simplement. Comme au premier jour. Je me suis confiée à elle. Elle s'est confiée à moi. De femme à femme. Nous avons parlé du couple, admis que maintenir un amour à flot demandait beaucoup d'efforts, et tenait de l'utopie. J'ai beau avoir vingt-sept ans de moins qu'elle, il m'a semblé que je la comprenais tout à fait. Nous tirons les mêmes leçons, même si nos histoires sont différentes. Et surtout, en l'écoutant, j'ai réalisé combien je m'étais attachée à elle. Je ne la voyais pas souvent, c'est vrai. Mais elle faisait partie de ma vie. Comme si elle ne pouvait pas en sortir. J'aimais bien être sa belle-fille. Et c'est quand on a perdu sa place que l'on s'aperçoit combien on y tenait. Et puis il y a eu la phrase finale...

- Je voulais te dire que tu seras toujours ma belle-fille, ma fille, quoi qu'il arrive. Tu sais que tu compteras toujours et que je ne t'oublierai pas. J'aimerais que tu me donnes de tes nouvelles, régulièrement. Tu le feras, hein ?

J'ai fondu en larmes. La première fois depuis le 13 Janvier.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sophie 30/01/2008 20:59

Tu sais je connais de nombreuses belles-mères qui ne diraient pas toutes ces choses...