Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cher lecteur,

Exceptionnellement, nous nous adresserons à toi directement : ce site n'est en aucun cas une biographie de Victor Hugo. Alors si tu pensais trouver ici la vie de notre Totor national en long, en large, et en travers, passe ton chemin !

 

Pour bien comprendre les propos de nos deux protagonistes :

1° Des caractères gras de couleur bleue quand Victor s'adresse à Mirabelle

2° Une police des plus classiques quand Mirabelle s'adresse à Victor

 

Sur ce, bonne lecture !

 

Un Mot Au Vol ?

Papotage Archivé

Opinion


Et si vous nous faisiez part de votre opinion ?


Victor mène l'enquête.

Parce que Mirabelle se le demande !




personnes ont écouté la conversation entre Mirabelle et Victor depuis leur rencontre.


Aujourd'hui, à :

il y a personne(s) qui papote(nt) avec Mirabelle et Victor.


La requête de Victor :

  • Parce que Mirabelle et moi-même aimons beaucoup de gens... Allez donc jeter un coup d'oeil à notre tour de tables !
 

Nos recommandations :

  • Un clic et vous y êtes... Si vous souhaitez quelques conseils pour guider votre lecture, bien entendu !



Lexique IUFMesque à l'usage des non-initiés :

  • Mirabelle, dans son infinie bonté, a daigné me proposer (ainsi qu'à toi, ô lecteur non affilié à l'Education Nationale !) un lexique de rattrapage, sensé me donner les repères indispensables à la compréhension de deux rubriques.


17 mars 2008 1 17 /03 /mars /2008 03:39
Jour de pluie vibrant de colère
Eclairs coupants et définitifs

Nuage de chagrin teinté de rancoeur
Et cri vengeur du vent qui survit

Terribles années passées pour rien
En espérant en vain contre l'évidence

Passés la pluie et l'orage
A nous de vivre avec le désastre
Raz de marée du temps qui passe
Demain devoir tout reconstruire
Où bâtir les fondations face aux doutes
Nul endroit qui n'inspire la paix
Nul endroit qui ne soit pas dégoût
Et le vent qui continue d'emporter tout
Rien ne saura plus l'arrêter
Après tant de de promesses
Imbibées de larmes

Jeter dans les vagues tout ce à quoi l'on tenait
A chaque amour suffit sa haine
Mais surtout que la culpabilité n'espère plus trouver d'abri
Après une tempête si déchaînée
Il n'y aura pas de pardon
Sur cette terre abandonnée

Partager cet article

Repost 0

commentaires