Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cher lecteur,

Exceptionnellement, nous nous adresserons à toi directement : ce site n'est en aucun cas une biographie de Victor Hugo. Alors si tu pensais trouver ici la vie de notre Totor national en long, en large, et en travers, passe ton chemin !

 

Pour bien comprendre les propos de nos deux protagonistes :

1° Des caractères gras de couleur bleue quand Victor s'adresse à Mirabelle

2° Une police des plus classiques quand Mirabelle s'adresse à Victor

 

Sur ce, bonne lecture !

 

Un Mot Au Vol ?

Papotage Archivé

Opinion


Et si vous nous faisiez part de votre opinion ?


Victor mène l'enquête.

Parce que Mirabelle se le demande !




personnes ont écouté la conversation entre Mirabelle et Victor depuis leur rencontre.


Aujourd'hui, à :

il y a personne(s) qui papote(nt) avec Mirabelle et Victor.


La requête de Victor :

  • Parce que Mirabelle et moi-même aimons beaucoup de gens... Allez donc jeter un coup d'oeil à notre tour de tables !
 

Nos recommandations :

  • Un clic et vous y êtes... Si vous souhaitez quelques conseils pour guider votre lecture, bien entendu !



Lexique IUFMesque à l'usage des non-initiés :

  • Mirabelle, dans son infinie bonté, a daigné me proposer (ainsi qu'à toi, ô lecteur non affilié à l'Education Nationale !) un lexique de rattrapage, sensé me donner les repères indispensables à la compréhension de deux rubriques.


18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 01:37
Mon cher Victor,
 

L'instant tant redouté a surgi vendredi soir, en plein conseil des maîtres. J'ai été me connecter sur le net pour me confronter à la réalité. C'était hier soir les résultats de ton mouvement, n'est-ce pas ? Oui. Evidemment, je ne suis pas affectée à l'école de C. Il aurait fallu un miracle. Pour l'instant, d'ailleurs, je ne suis nulle part. Rien d'étonnant là-dedans non plus. Humm... J'ai attendu un peu avant de venir te l'annoncer. Il faut dire que j'étais malheureuse comme les pierres hier soir et je n'avais pas envie de t'embêter avec mes éternelles lamentations. Tu aurais pourtant dû t'attendre à un tel résultat ! Bien sûr que je m'y attendais ! Je n'ai pas été surprise. Ni déçue, d'ailleurs, car s'il y a déception, c'est qu'il y avait espoir précedemment, et je n'en avais aucun. C'est juste que...

Juste que cette fois, c'est officiel, c'est ça ? Oui. Tant que ce n'était pas confirmé... Ce n'était pas réél ! Maintenant, ça l'est, c'est vrai. J'ai déserté le conseil des maîtres hier soir, quand l'ordre du jour a viré sur les effectifs pour la rentrée à venir. C'était juste après que mon successeur ait appelé la directrice pour avoir des infos quant à sa nouvelle classe. Autrement dit, ton ancienne classe... Enfin, TA classe actuelle, puisque l'année n'est pas terminée ! Je n'ai pas supporté d'entendre les collègues échanger leurs espoirs : "Alors, tu veux bien que je garde le CM2 pur ? Tu es sûr ? Ca ne me dérange pas de prendre le CM1-CM2, tu sais, même si je ne te cache pas que bon...", ni de ne pas pouvoir lancer des projets pour l'année prochaine. J'ai dû me replier dans ma classe, préférant faire passer la pilule en corrigeant mes dictées de mots et tous mes cahiers du jour en retard. Cela aura au moins servi à ça...

Bien sûr, je me suis excusée. Ca ne se fait pas de quitter un conseil des maîtres. Je suis une adulte que diable, et j'aurais dû être capable de surmonter mon cafard ! On ne se refait pas, ma pauvre Mirabelle... Heureusement, personne ne m'a posé de questions. On m'a adressé quelques sourires désolés. Tout le monde devait bien se douter des raisons de ta fuite... Chacun a été très pudique et compréhensif, ce que j'ai énormément apprécié. On n'a pas non plus évoqué le sujet samedi matin. Je suis revenue à l'école fraîche et dispose, souriante, comme si je ne devais jamais quitter cet établissement. Et puis la vie de classe a repris son cours. Il y a eu les surveillances de récréation, le café, la lecture, les gamins. La routine délicieuse, les discussions jusqu'à 13 h avec la collègue de CP. Routine d'autant plus enivrante que je la perdrai bientôt.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lucile 25/06/2008 10:26

Bonjour,          C'est tout a fait par hasard que je suis tombée sur ton site ( tu ne m'en voudras pas j'espère de te tutoyer après tout, tu tutoies avec Victor ! ) le mercredi matin on a un peu de temps pour ça ...surtt qd on repousse le moment de remplir les bulletins... Juste pour te dire que tes écrits autour du métier son plaisants et ceux plus intimes touchant ( l'amour et les ruptures entrainent des sentiments communs ds lesquels chacun se retrouve)Au plaisir de te lire...Lucile

tessa 25/05/2008 11:17

Se détacher puis se détacher ... tâche difficile. Prenez-le comme un nouveau départ, comme d'autres rencontres à faire.Pour ma part, je pense peut-être à demander un poste de ZIL afon d'éviter cet attachement aux liens fragiles. Mais bon, en même temps ... est-ce ce que je veux vraiment ? Et puis qui sait, mon avenir est peut-être avec les plus grands dans ma discipline ... ça, seul l'avenir me le dira, après Tours et les oraux du CAPES. Je croise les doigts !Bonne route ... elle sera belle de toute façon !

Gil-Maurel 18/05/2008 17:55

Courage Mirabelle, ne te laisse pas envahir par les regrets .Tu te trouvera peut-être très à l'aise dans l'école où tu seras nommée!Mais je te comprends c'est toujours difficilede quitter une place ou l'on se plaisait. Vis le moment présent, ces quelques semaines avant les vacances ,et profite au maximum de tes élève et de tes collègues. Bises

18/05/2008 10:18

Le moment de "l'annonce" est difficile, même si on s'y attend... Mais tu vas te faire à l'idée petit à petit... et puis, qui c'est?, peut-être que l'endroit où tu seras en poste l'an prochain te plaira tout autant :-)... et rien ne t'empêchera de repasser de temps en temps rendre une ptite visite à tes collègues et élèves actuels non plus!BOn dimanche:-)

KaDo 18/05/2008 08:28

Coucou Mirabelle,J'ai connu ce genre de cafard de l'attente des résultats, du stress de devoir partir... Mais comme j'ai débuté sur une classe de CLIS, je n'ai eu aucun mal à la garder pendant  3années jusqu'au jour où j'ai eu la chance d'avoir un "vrai"  poste à moi, sur la même école... Du coup, cela va  faire 8 ans que j'enseigne et je n'ai jamais quitté l'école de mes débuts....Courage... Peut-être auras-tu la chance de retomber sur une école sympa... Et si ce n'est pas encore cette année que tu trouveras ton "nid", cela viendra...Profite du temps qui te reste sur cette école et essaie de rester zen...