Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cher lecteur,

Exceptionnellement, nous nous adresserons à toi directement : ce site n'est en aucun cas une biographie de Victor Hugo. Alors si tu pensais trouver ici la vie de notre Totor national en long, en large, et en travers, passe ton chemin !

 

Pour bien comprendre les propos de nos deux protagonistes :

1° Des caractères gras de couleur bleue quand Victor s'adresse à Mirabelle

2° Une police des plus classiques quand Mirabelle s'adresse à Victor

 

Sur ce, bonne lecture !

 

Un Mot Au Vol ?

Papotage Archivé

Opinion


Et si vous nous faisiez part de votre opinion ?


Victor mène l'enquête.

Parce que Mirabelle se le demande !




personnes ont écouté la conversation entre Mirabelle et Victor depuis leur rencontre.


Aujourd'hui, à :

il y a personne(s) qui papote(nt) avec Mirabelle et Victor.


La requête de Victor :

  • Parce que Mirabelle et moi-même aimons beaucoup de gens... Allez donc jeter un coup d'oeil à notre tour de tables !
 

Nos recommandations :

  • Un clic et vous y êtes... Si vous souhaitez quelques conseils pour guider votre lecture, bien entendu !



Lexique IUFMesque à l'usage des non-initiés :

  • Mirabelle, dans son infinie bonté, a daigné me proposer (ainsi qu'à toi, ô lecteur non affilié à l'Education Nationale !) un lexique de rattrapage, sensé me donner les repères indispensables à la compréhension de deux rubriques.


21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 01:40
Mon cher Victor,


Comme tu le sais, je travaille avec des adolescents handicapés. Oui, je sais... Ca va toujours ? De mieux en mieux. Une vraie relation s'établit entre nous, et j'en suis ravie. Je m'adapte plutôt bien (sans vouloir me lancer de fleurs), et mes rapports avec les éducateurs sont plutôt bons. Halleluia !!! Je savais qu'il t'en restait sous le pied ! Pas d'affolement, pas d'affolement ! Ce n'est pas évident tous les jours, d'autant moins qu'il existe un profond décalage entre le niveau scolaire de ces jeunes et leurs préoccupations quotidiennes. C'est à dire ? Eh bien... C'est à dire qu'ils restent des adolescents, et que je dois y faire attention. Là, tu en as trop dit ou pas assez ! Bon. Je vais t'expliquer.

C'était il y a deux ou trois jours, alors que j'étais tranquillement en train de travailler dans ma classe, portes fermées. L'IME ne dispose pas de cour de récréation (si, si, je t'assure, c'est une aberration mais c'est la réalité !) et pendant la pause du midi, tandis que les éducateurs terminent de boire leurs cafés, les ados déambulent librement dans les couloirs. C'est ainsi que, tous les midis, j'entends leurs petites conversations, entre autres leurs histoires de qui-sort-avec-qui. J'ai plusieurs fois entendu l'expression "la maîtresse" puis des messes basses. Sans doute souhaitaient-il rester discrets, te sachant dans la pièce à côté. ? Sans doute. Enfin, je me suis demandée s'ils m'intégraient dans leurs potins amoureux, ce qui m'a donné quelques craintes. Humm... Craintes confirmées un après-midi, alors que Camille me regardait par en-dessous en rougissant comme une tomate.

- Que se passe-t-il, Camille ? Tu as quelque chose à me dire ?
- Non non, Maîtresse.
- Si, je vois bien, il y a quelque chose !
- Non, c'est juste que...
- Que ?
- Non, c'est juste que j'aime bien te regarder.


Oooooh ! Mais c'est presque une déclaration d'amour ! Arrête, Victor, ce n'est pas drôle. J'en étais toute estomaquée, j'ai rapidement clos le chapitre pour en revenir à l'exercice de numération, ce qui l'intéressait beaucoup moins visiblement. Bien sûr, ce petit épisode m'a un peu dérangée. Ca peut se comprendre... Si tu avais eu face à toi un enfant de huit ans tu aurais sans doute trouvé ça adorable, mais venant d'un grand gaillard d'une quinzaine d'années, la perspective n'est forcément pas la même ! Oui, c'est tout à fait ça. Je dois y prendre garde. Et en tenir compte dans ma façon d'être avec eux.

J'essaie de trouver le bon rapport. Ni trop proche, ni trop distant. Ce n'est pas si facile. Parce que ce dont ces jeunes ont le plus besoin (et c'est là que je m'aperçois que je ne fais plus tout à fait le même métier), c'est d'affection. La plupart ont des histoires personnelles absolument atroces (tu n'as même pas idée !) : leur épanouissement est l'objectif n°1 de l'IME. Mon boulot consiste justement à les mettre en confiance, à entretenir avec eux une relation particulière afin de leur permettre d'accéder aux savoirs scolaires, à les rendre disponible aux apprentissages. Et ça, crois-moi... Ce n'est pas une mince affaire ! Avec les ados, je dois trouver un autre mode de fonctionnement qu'avec des gamins d'élémentaire. Garder mon rôle d'instit' et l'autorité que cela suppose, tout en n'oubliant pas que l'autorité classique ne marchera pas avec eux de toute façon.

Si bien que je suis devenue un véritable funambule. Je marche sur un fil, en essayant de ne pas me casser la figure. Toujours maintenir son équilibre, s'affirmer tout en n'incarnant pas l'image de l'instit' autoritaire que ces jeunes ont en tête : l'école, pour eux, c'était une souffrance. A moi de leur offrir une image inconnue de l'Institution, à moi de leur montrer que l'on peut éprouver du plaisir à venir en classe, que l'on peut entretenir des rapports autres que conflictuels avec son professeur. Est-ce que j'y arriverai, je n'en sais rien, mais en tous cas, j'essaie.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

22/09/2008 16:23

Je fais aussi très attention surtout avec les 4ème 3eme, à ne pas être trop proches d'eux, à tenir une certaine distance tout en n'étant pas complètement hermétique non plus... c'est difficile de trouver le juste milieu surtout lorsque, comme tu le dis si bien, ces ados ont besoin d'affection et de confiance, besoin qu'on n'est pas là pour les enfoncer mais bien pour els aider et les considérer et les accepter tels qu'ils sont ... C'est une des facetes les plus difficiles du métier, je trouve, mais c'est l'une des facettes qui me plait le plus aussi :-)

mdame rosa 21/09/2008 21:09

En effet, il faut que tu fasses attention avec les sentiments des adolescents atteint d'un handicap. Ils ont tendance à faire des "transferts" envers les gens qu'ils admirent. Ils ne font pas la différence entre l'admiration d'une personne, et l'amour. Quand j'ai effectué mon bénévolat au sein d'un IME il y a quelque temps, j'ai eu le même problème. Un jeune me disait tous les midis qu'il m'aimait. Il ne faut pas prendre cela au pied de la lettre non plus. Au fil du temps, ils penseront à qq1 d'autre. Il ne faut surtout pas que tu t'inqiètes. C'est tout à fait normal. Ca reste des ado.
Moi aussi, je vais peut être travailler comme instit ds un IME !!!!!!! Si ça marche, je serai trop heureuse !!!!!!!!!! à suivre !