Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cher lecteur,

Exceptionnellement, nous nous adresserons à toi directement : ce site n'est en aucun cas une biographie de Victor Hugo. Alors si tu pensais trouver ici la vie de notre Totor national en long, en large, et en travers, passe ton chemin !

 

Pour bien comprendre les propos de nos deux protagonistes :

1° Des caractères gras de couleur bleue quand Victor s'adresse à Mirabelle

2° Une police des plus classiques quand Mirabelle s'adresse à Victor

 

Sur ce, bonne lecture !

 

Un Mot Au Vol ?

Papotage Archivé

Opinion


Et si vous nous faisiez part de votre opinion ?


Victor mène l'enquête.

Parce que Mirabelle se le demande !




personnes ont écouté la conversation entre Mirabelle et Victor depuis leur rencontre.


Aujourd'hui, à :

il y a personne(s) qui papote(nt) avec Mirabelle et Victor.


La requête de Victor :

  • Parce que Mirabelle et moi-même aimons beaucoup de gens... Allez donc jeter un coup d'oeil à notre tour de tables !
 

Nos recommandations :

  • Un clic et vous y êtes... Si vous souhaitez quelques conseils pour guider votre lecture, bien entendu !



Lexique IUFMesque à l'usage des non-initiés :

  • Mirabelle, dans son infinie bonté, a daigné me proposer (ainsi qu'à toi, ô lecteur non affilié à l'Education Nationale !) un lexique de rattrapage, sensé me donner les repères indispensables à la compréhension de deux rubriques.


28 décembre 2006 4 28 /12 /décembre /2006 00:00
Mon cher Victor,

Ce matin, je reprends la conduite. Ah. C'est pour ça que tu ronges tes ongles ? Sans doute. Je ne peux pas m'en empêcher. Premier échec. Deuxième échec. Troisième échec ? Evidemment, si tu pars comme ça, tu ne risques pas d'y arriver !

Je me suis souvenue de quelque chose. Qui pourrait, éventuellement, expliquer mes difficultés à obtenir ce fichu permis de conduire. Allons bon ! Je crains le pire ! Il m'est arrivé quelque chose quand j'étais petite. Tu as eu un accident ? J'ai failli. Eh bien alors ! Ce n'est rien du tout ! N'en rajoute pas, Mirabelle ! Tu veux quand même savoir ? Oui. De toute façon, je n'ai rien d'autre à faire.

Je devais avoir sept ou huit ans. J'avais accompagné mon père faire les courses. Il était à la boucherie et j'étais restée dans la voiture. Le temps me paraissait long et j'avais besoin de me distraire. Depuis l'achat de notre véhicule (d'occasion), une Peugeot 309 (spéciale dédicace au Farfadet), une manette entre les deux sièges avant m'intriguait. Mon père tirait dessus pour stopper la voiture et appuyait sur un bouton, situé au bout du manche, pour la démarrer. Ou du moins c'est ce qui me semblait. Le bouton me fascinait. Vraiment. Ouh la la, ne dis rien, je crois que je commence à comprendre...

Nous étions garés en descente. J'ai appuyé sur le bouton et donc... Desserré le frein à main ! J'ai mis quelques secondes avant de réaliser que la voiture roulait. Pas de voiture garée devant la nôtre. Elle prenait de la vitesse. J'ai eu très peur. Alors j'ai fait comme dans les films. J'ai ouvert la portière et sauté de la voiture en marche. Juste à ce moment, le feu tricolore, dans la rue perpendiculaire, est passé au vert. Et mon père, en face, est sorti de la boucherie...

- Oh, putain, Mirabelle !


Il a bien évidemment lâché tous ses achats. Je l'ai vu galoper comme un lapin et s'introduire, tant bien que mal, dans la voiture pour remettre le frein à main. Et alors ? Et alors ? Est-ce qu'il l'a stoppée à temps ? Il n'y a pas eu de choc avec les voitures de la rue perpendiculaire ? Il s'en est fallu de peu, je dois l'avouer. Mon père m'a passé un sacré savon et a spécifié que désormais, il ne me laisserait plus seule dans une voiture, avec interdiction, bien sûr, de toucher un seul mot de cet incident à ma mère. Je m'en suis sortie avec une peur bleue et une culpabilité sans borne. Une culpabilité qui ne me lâche pas.

Lors de mes premières heures de conduite, j'avais une peur panique du frein à main. Et la sensation que j'étais complètement nulle. Que je n'y arriverais jamais. Depuis, j'ai régulièrement pensé à cet incident. Et ta peur du frein à main ? Elle s'estompe peu à peu. C'est peut être pour ça que tu manques encore de confiance en toi sur la route... Peut être... Je me demande souvent comment je conduirais aujourd'hui si je n'avais pas commis cette bêtise dans mon enfance. Qui sait... Tu aurais peut être déjà le permis !

Partager cet article

Repost 0
Published by Mirabelle - dans Roulez - jeunesse !
commenter cet article

commentaires

Attachiante 29/12/2006 20:59

Je devais avoir le même âge quand j'ai failli mourir noyée à la mer. Si mon beau-père n'avait pas été là je serais morte aujourd'hui. J'ai, depuis, une immense dette envers lui et une peur bleue de l'eau...
Je crois donc que je peux imaginer le choc...

Mirabelle et Victor 29/12/2006 22:12

Mon dieu ! Oui, effectivement, je pense qu'elle peut imaginer le choc, hein, Mirabelle ? Euh... Oui... Très certainement... Bien... Cela se passe de plus de commentaires, n'est-ce pas ? Euh. Oui. Je n'ai rien à ajouter. Attachiante a tout dit en quelques phrases...

Kampinette 28/12/2006 11:51

J'imagine le choc !

Mirabelle 28/12/2006 12:03

Non, tu n'imagines pas... ;-)

Kimberley 28/12/2006 11:00

Je connais le même gag dans Gaston Lagaffe. Gaston se gare en haut d'une côte et il sort un vélo de son coffre. Il continue sa route en vélo mais comme il n'a pas serré le frein à main, la voiture descend la côte et vient percuter Gaston en bas. Le gag, c'est que le gendarme cherche le corps du cycliste.ha ha ha ! Est-il de ta famille ?

Mirabelle 28/12/2006 11:33

Ah non, il n'est pas de ma famille... ;-) Pauvre Gaston... C'est dans quel album ?