Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cher lecteur,

Exceptionnellement, nous nous adresserons à toi directement : ce site n'est en aucun cas une biographie de Victor Hugo. Alors si tu pensais trouver ici la vie de notre Totor national en long, en large, et en travers, passe ton chemin !

 

Pour bien comprendre les propos de nos deux protagonistes :

1° Des caractères gras de couleur bleue quand Victor s'adresse à Mirabelle

2° Une police des plus classiques quand Mirabelle s'adresse à Victor

 

Sur ce, bonne lecture !

 

Un Mot Au Vol ?

Papotage Archivé

Opinion


Et si vous nous faisiez part de votre opinion ?


Victor mène l'enquête.

Parce que Mirabelle se le demande !




personnes ont écouté la conversation entre Mirabelle et Victor depuis leur rencontre.


Aujourd'hui, à :

il y a personne(s) qui papote(nt) avec Mirabelle et Victor.


La requête de Victor :

  • Parce que Mirabelle et moi-même aimons beaucoup de gens... Allez donc jeter un coup d'oeil à notre tour de tables !
 

Nos recommandations :

  • Un clic et vous y êtes... Si vous souhaitez quelques conseils pour guider votre lecture, bien entendu !



Lexique IUFMesque à l'usage des non-initiés :

  • Mirabelle, dans son infinie bonté, a daigné me proposer (ainsi qu'à toi, ô lecteur non affilié à l'Education Nationale !) un lexique de rattrapage, sensé me donner les repères indispensables à la compréhension de deux rubriques.


25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 01:38

Mon cher Victor, En ce dimanche de labeur, je te propose d'évoquer un de ces petits détails qui font que la vie d'instit' est parfois extraordinaire. Je ne suis, comme tu le sais, qu'en début de carrière. Pourtant, certaines incongruités me laissent imaginer avec perplexité les surprises que me réservent mes années d'enseignement à venir. Tiens, tiens, tiens...

Samedi matin. Il est 8 h 50. Je suis de service, et encore à demi-ensomeillée. Une CP vient me chercher : "Maîîîîîîîtreeeesse ! Maîîîîîîtreeeeesse !". Je m'attends, comme d'habitude, à (collègues, cochez la réponse qui vous rappelle quelque chose...) : a) "Iiiiiii m'a donné un cooooup de piééééé !" b) "Eh ben les garçons là-bas ils jouent au pied alors que c'est interdiiiit !" c) "Lui là bas, eh ben, eh ben, iiii m'a dit un groos moooot !". Mais non... Rien de tout cela !

"Maîîîîîîtresse !!! Y a une culotte dans la cour !!!!"

Hein ? Une culotte dans la cour !!!! On pointe du doigt un bout de tissu blanc que je distingue, de loin, sur le grisâtre goudron de la cour. Allons, allons... Je pars à la découverte de ce bout de tissu blanc. Effectivement, après inspection, c'est bien une petite culotte. Une culotte miniscule : format CP ! J'interroge les gamins : à qui donc est cette petite culotte ? Bien sûr, je n'obtiens aucune réponse, juste des "C'est pas à mooooi !", "C'est pas à moi, Maîtresse, je te le juuuuure !"... Je m'en vais rapidement la déposer dans le bac "vêtements trouvés", soudain très très réveillée et assez amusée par ce drôle d'évènement en me disant que cela fera une petite anecdote croustillante à te raconter. Effectivement, c'est assez amusant ! Mais ce n'est pas terminé !

10 h 45. Après la récréation, je fais rentrer les gamins en classe. Elodie vient me voir : "Maîtresse, y a une culotte sur le bureau d'Eloïse !". Fouillant sur mon bureau à la recherche de mes photocopies, je ne prête qu'une attention minimale à cet étrange caftage (que les gamins aiment se dénoncer les uns les autres, mon dieu...). La fameuse Eloïse prend place et alors que je lève le nez de mon cahier-journal, je la vois brandir une petite culotte rose sous le nez de ses camarades, le sourire jusqu'aux oreilles, tel un trophée. On aura tout vu ! Bien sûr, je demande à cette charmante enfant ce que vient faire cette petite culotte, dans le cadre de la classe et la môme me répond, fièrement, que c'est la sienne, tombée de son cartable. Avec toute la diplômatie et le sang-froid qu'on me connaît, je la prie de ranger prestement cette chose avant que je ne me fâche tout rouge.

Si j'avais imaginé qu'un jour je serais été obligée de faire remarquer, à une classe de CE2-CM1, qu'on ne montre pas ainsi ses petites culottes, j'en aurais perdu le souffle ! Non mais vraiment ! C'est fou, ça ! Et je n'en suis encore qu'au début de ma carrière...


Partager cet article

Repost 0

commentaires

ange-etrange 28/11/2007 00:42

Je pensais qu'il s'agissait d'une culotte qui avait glissé de la jamabe d'un pantalon... Tu sais quand o change de culotte mais qu'on remet le même pantalon et que l'ancienne a glissé dans la jambe...

Mirabelle 28/12/2007 14:15

Oui. Je dois dire que cette histoire de culotte nous a fait causer pendant toute la récré avec les collègues : comment diable cette culotte faisait-elle dans cette galère ? ;-) Nous avons essayé de comprendre pendant quinze minutes, faisant des hypothèses à n'en plus finir... C'était très drôle !

Moi-Narnia 26/11/2007 19:44

Ha, Ha ! "L'INNOCENCE" des enfants...C'est clair que chez moi (Secondaire) ce genre de chose n'a plus rien d'innocent... D'un autre côté, je crois que la plupart on "peur" de l'autre ! Ils veulent chercher, découvrir, regarder... Mais peu ont réellement le courage d'étaler ainsi leur effets disons... personnels !Sinon, en effet, cela fait une chouette anecdot à raconter...

Mirabelle 28/12/2007 14:31

N'est ce pas que c'est original ? Eh bien il paraît que ça arrive régulièrement, ce genre de choses !!!!

P'tite maikress 26/11/2007 19:35

J'ai déjà trouvé un string dans un cour de maternelle...

Mirabelle 28/12/2007 14:30

Un string ?! C'était pas à une des maîtresses ? ;-)

marionette 26/11/2007 10:51

On parlait de sexualité l'autre jour chez laflote (comment ça, ça t'étonne pas?!?!) lorsqu'un commentateur a mis le doigt sur quelque chose d'important  sous le billet "point robert...", c'est mc, je te le mets ici :"...interdits religieux: C'est même pas des interdits, c'est un vide, une inexistence. Celle à qui on a interdit de se toucher "là" sont paradoxalement plus heureuses, elles savent au moins qu'il y a quelque chose à ne pas toucher. Pour les autres, je pense que le tabou s'inculque très tôt, en éloignant la main du bébé de la zone litigieuse sans même s'apercevoir de ce qu'on fait, machinalement, et sans jamais poser une parole sur la chose. Nommer, c'est reconnaître. Et (seulement si c'est nécessaire) par des interventions gênées ou dégoûtées, toujours sans autre précision que "enlève ta main", "c'est pas joli", "c'est dégoûtant" ou "ça ne se fait pas". Les garçons, bien sûr, c'est plus difficile de faire inexister quelque chose qu'on voit bien et qu'on doit toucher X fois par jour pour pisser. D'ailleurs, le tabou est bien moins implacable."Je crois (mais en même temps j'ai jamais eu de gamins à charge, hein, et je sais pas si ce serait une grande réussite) que, comme le dit mc, que c'est mettre l'objet culotte en taboo de ne pas expliquer pourquoi il faut la ranger tout de suite vite vite c'est dégueu. Les petites filles qui comprennent pas pourquoi vont en tirer des conclusions : se dire que leur sexe est sale, ou qu'il ne faut pas en parler ni montrer ce qui le cache...tu crois pas?parce que en même temps des gags comme ça tu dois en avoir à la pelle... et faire attention à chaque petit truc, my god (!) mission impossible!

Mirabelle 28/12/2007 14:30

Tout dépend de la manière dont on dit les choses. Bien sûr, si on prend un air dégoûté, c'est sûr que cela entraîne un sentiment de honte qui n'est pas souhaitable. Après, il faut expliquer pourquoi on ne peut pas montrer ça à tout le monde, mais d'un ton neutre, sans que cela laisse penser à une quelconque leçon de morale ou prise de parti. Bon. Beaucoup de choses dépendent de la manière dont on dit les choses, surtout que les gamins sentent tout de suite s'il s'agit d'un jugement, d'un conseil... De toute façon, ils passent leur vie à interpréter ce qu'on leur dit, c'est ce qu'on leur demande, après tout. Mais c'est vrai qu'on ne peut pas rebondir sur tout, tout le temps, parce qu'il y a tant de choses à faire ! Tant pis si cela fait un peu "je baisse les bras", c'est juste que cela fait partie de la réalité de la classe... Surtout quand on débute dans le métier !Bisous Marionette

Mdame Rosa 25/11/2007 20:52

lol Eh bien on voit de tout dans les cours de récréation ! Remarque, cela ne m'étonne qu'à moitié avec tout ce qu'on voit à la tv !

Mirabelle 28/12/2007 14:32

La cour de récré, de toute façon, c'est le reflet de la vie ! Une micro-société, voilà ce que c'est !