Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cher lecteur,

Exceptionnellement, nous nous adresserons à toi directement : ce site n'est en aucun cas une biographie de Victor Hugo. Alors si tu pensais trouver ici la vie de notre Totor national en long, en large, et en travers, passe ton chemin !

 

Pour bien comprendre les propos de nos deux protagonistes :

1° Des caractères gras de couleur bleue quand Victor s'adresse à Mirabelle

2° Une police des plus classiques quand Mirabelle s'adresse à Victor

 

Sur ce, bonne lecture !

 

Un Mot Au Vol ?

Papotage Archivé

Opinion


Et si vous nous faisiez part de votre opinion ?


Victor mène l'enquête.

Parce que Mirabelle se le demande !




personnes ont écouté la conversation entre Mirabelle et Victor depuis leur rencontre.


Aujourd'hui, à :

il y a personne(s) qui papote(nt) avec Mirabelle et Victor.


La requête de Victor :

  • Parce que Mirabelle et moi-même aimons beaucoup de gens... Allez donc jeter un coup d'oeil à notre tour de tables !
 

Nos recommandations :

  • Un clic et vous y êtes... Si vous souhaitez quelques conseils pour guider votre lecture, bien entendu !



Lexique IUFMesque à l'usage des non-initiés :

  • Mirabelle, dans son infinie bonté, a daigné me proposer (ainsi qu'à toi, ô lecteur non affilié à l'Education Nationale !) un lexique de rattrapage, sensé me donner les repères indispensables à la compréhension de deux rubriques.


28 novembre 2007 3 28 /11 /novembre /2007 01:04
Je le sais, tu as des cris plein la tête et des  sanglots plein la gorge. Tu as des mots coincés qui font mal.  Tu as des démons qui hurlent et du noir en-dedans. Tu as la rage au ventre, tu as la rage au coeur, c'est la rage qui te tient. Tu as la colère. Tu as  la fureur  de la honte et  l'amertume du dégoût, tu as la déception du  temps gâché à y croire.
Tu as ces souvenirs derrière : ces souvenirs, ne t'y accroche plus. Tu as ce vide  du présent, cette solitude de tous les instants, tu as cette page blanche de l'avenir. Pas de projet. Rien. Ni personne.
Tu as des monstres qui te poursuivent.  Des peurs plein la mémoire. Des rancoeurs aussi. Déchire tout ce gâchis, tout ce mensonge, toute cette merde, tout ce médiocre. Déchire tout.  Hais-toi de t'être voilé la face, haïs-toi d'avoir nié, aussi longtemps, l'évidence. Hais-toi de ne pas oser le dire, à tes parents, à tes amis. Ne pas avouer l'échec. Ne pas  oser la vérité.
Stupide. Stupide d'y avoir cru, d'avoir accepté l'innacceptable. Conne, réveille-toi et regarde. Tu étais seule dans le rêve. C'était ton rêve. Tu étais seule. Regarde. Il n'y a personne. Il n'est plus là. Il y a longtemps qu'il n'est plus là. Va, tu le savais, toi aussi. Tu le savais, tu le savais qu'il n'y était plus. Que tu n'avais plus ni son coeur ni sa tête. Que l'habitude vous avait broyés comme elle l'avait fait avec tant d'autres.
C'est inexorable. Regarde, regarde. La fin est là. Il n'y a plus rien que tu puisses faire. Baisse les bras, maintenant, admire votre oeuvre. Ne te contente plus du médiocre. Ne te contente plus de la mélancolie et du silence. Regarde, regarde, regarde toute cette merde.
Allez, regarde. Regarde ce que vous êtes. Regarde ce qu'il reste de vous. Regarde. Ce n'est pas ce que tu voulais. Ce n'est pas ce que vous vouliez. Regarde, regarde ces étrangers qui vivent côte à côte. Regarde, c'est vous. Alors vas-y, maintenant, chiale, chiale, tu n'as plus que ça à faire. Mais regarde, regarde encore. Tu dois regarder ce que tu as fait, ce qu'il a fait, ce que vous êtes devenus. C'est le prix à payer.
Allez, chiale. Que la morve t'enlaidisse, piétine-toi toi-même, déteste-le, raye le ta vie, envoie-le en enfer. Parce qu'il n'y a rien d'autre que tu ne puisses faire, maintenant, que de ruminer ta haine, ton dégoût, ta honte. Tu t'es trahie toi-même et il t'a trahie. Regarde, menteuse que tu es ! Regarde ! Tu es seule. Il n'est plus là.
Allez, accepte-les, ces souvenirs en pleine face. Accepte-les, ces rêves qui ne réaliseront pas. Prends les comme des gifles. Vous ne vivrez pas heureux et n'aurez pas d'enfants ensemble. Ca fait mal, hein ? Oh oui, que ça fait mal... Allez, tends la joue ! L'autre, maintenant ! Tu les vois ces souvenirs ? Tant mieux, parce que c'est tout ce qui te reste. Tout ce qui te restera de lui. Bientôt, tu ne seras plus qu'un souvenir neutre et lointain dans son esprit d'homme insouciant et libre, et bientôt, tu auras oublié jusqu'à l'odeur de sa peau. Alors vas-y, regarde les bien, car bientôt, ils seront incolores. Bientôt, tu auras oublié les rires et les rêves, les baisers et les caresses.
En attendant, oui, ça fait mal. Accepte-le. Et relève la tête. Malgré les larmes et la morve. Tu t'es fait avoir, d'accord. Mais vous êtes tellement à vous faire avoir... Tellement à y croire, naïfs que vous êtes. L'amour n'est qu'un leurre, tu le sais. On reste parce qu'on a vécu, parce qu'on idéalise. On reste par peur d'être seul et parce qu'on est en sécurité. Jusqu'au moment où la sécurité étouffe et où on a envie de voir si l'herbe est plus verte ailleurs. Jusqu'au moment où il y en a un qui ose dire qu'il s'en va.
Allez, accepte. Accepte. Accepte et redresse-toi. Tu n'es pas une victime. Tu vas te relever parce que tu vaux mieux que de rester pleurer seule en regardant de vieilles photos jaunies, en lisant des missives enflammées qui sont d'une autre époque. Va, tu vaux mieux. Regarde et avance. Regarde, souffre, et avance. Avance.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

LUCQUIAUD 30/11/2007 18:14

Eh bien moi qui n'étais pas revenu faire la lecture par ici, depuis un bon bout de temps, il semble que je n'arrive pas au bon moment ...  Et qu'est ce qu'il fait le vieux père Hugo ? ... Il faut l'appeler à la rescousse, la secousse, faut se secouer ... Mais pur une fois à ce brave Poète, les mots lui manque ... C'est vrai devant la souffrance des autres, souvent on ne sait quoi dire et quand on s'exprime, c'est pas forcément les mots qu'il faut dire ... Mais en fait , c'est toi qui les a trouvé les mots , ou plutôt,  le bon mot  : AVANCE !... Farfadet

Mirabelle 28/12/2007 14:10

Oui, j'avance. Comme dirait Souchon : "On avance, on avance, on avance. C'est une évidence : on n'a pas assez d'essence pour faire la route dans l'autre sens. On avance".;-)

P'tite maikress 29/11/2007 20:43

Je ne sais pas trop ce qui t'arrive, mais ... bon courage

Mirabelle 28/12/2007 14:14

Merci.

leïlou 28/11/2007 21:23

Bonjour,que cela fait du bien de parfois (souvent) jeter sa rage sur le clavier, sans censure, sans limites, sans danger ...Je viens de découvrir les blogs,  et parcourir le votre est sincèrement un bonheur.Je voudrais que vous soyez sûre du fait que vous avez quand même abouti en plein de choses, et en premier, professionnellement. Je voudrais que vous voyiez que beaucoup vous estiment.Plein de courageleïlou, 22 ans qui voudrais (aussi) être maitrrrreeeeeessse !

Mirabelle 28/12/2007 14:22

Merci pour ta gentillesse Leïlou. J'ai effectivement réussi un certain nombre de choses dans ma vie... J'aurais juste voulu réussir ça aussi... Mais on ne peut pas tout avoir, n'est ce pas ? Merci encore pour ton soutien et merci pour ces compiments.

pierogod 28/11/2007 20:04

En effet, très réaliste... :'-(

Mirabelle 28/12/2007 14:18

Merci. (je prends ça pour un compliment, hein ?) ;-)

yoann 28/11/2007 16:48

C'est dur, violent et triste : voilà comment se résume trop souvent la vie.Les moments de douleurs qui prennent 20 fois plus de place que ceux du bonheur. C'est triste et il n'y a rien à faire sinon se relever et continuer......malgré tout.yoann

Mirabelle 28/12/2007 14:18

Tout est dit.