Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cher lecteur,

Exceptionnellement, nous nous adresserons à toi directement : ce site n'est en aucun cas une biographie de Victor Hugo. Alors si tu pensais trouver ici la vie de notre Totor national en long, en large, et en travers, passe ton chemin !

 

Pour bien comprendre les propos de nos deux protagonistes :

1° Des caractères gras de couleur bleue quand Victor s'adresse à Mirabelle

2° Une police des plus classiques quand Mirabelle s'adresse à Victor

 

Sur ce, bonne lecture !

 

Un Mot Au Vol ?

Papotage Archivé

Opinion


Et si vous nous faisiez part de votre opinion ?


Victor mène l'enquête.

Parce que Mirabelle se le demande !




personnes ont écouté la conversation entre Mirabelle et Victor depuis leur rencontre.


Aujourd'hui, à :

il y a personne(s) qui papote(nt) avec Mirabelle et Victor.


La requête de Victor :

  • Parce que Mirabelle et moi-même aimons beaucoup de gens... Allez donc jeter un coup d'oeil à notre tour de tables !
 

Nos recommandations :

  • Un clic et vous y êtes... Si vous souhaitez quelques conseils pour guider votre lecture, bien entendu !



Lexique IUFMesque à l'usage des non-initiés :

  • Mirabelle, dans son infinie bonté, a daigné me proposer (ainsi qu'à toi, ô lecteur non affilié à l'Education Nationale !) un lexique de rattrapage, sensé me donner les repères indispensables à la compréhension de deux rubriques.


19 décembre 2007 3 19 /12 /décembre /2007 12:27

Quand la vie a envie de vous foutre des coups sur la gueule,  qu'elle a élu son bouc émissaire (et que c'est vous !), il n'y a rien à faire. Il faut juste attendre que ça passe. Patiemment. Parce qu'on sait qu'avec le temps, tout finit toujours par passer.
Elle ne viendra pas cet après-midi. Je me réjouissais de la retrouver, de retrouver cette insouciance enfantine dont j'ai tant besoin en ce moment, cette insouciance que j'ai toujours quand je suis avec elle. Je m'en faisais une fête, depuis des semaines. J'aurais pu parler. Parce que c'est la seule à laquelle je n'ai jamais eu peur de parler. Parce que ce que nous avons vécu ensemble fait que c'est la seule personne en qui j'ai une foi sans limite. On aurait mangé le gâteau au chocolat, celui que ma maman avait fait exprès pour l'occasion, celui qu'elle faisait pour nos anniversaires. On aurait câliné la petite, je me serais extasiée, elle aurait mis du soleil sur ma journée, tout en me rappelant combien nous sommes seuls, moi et mon boulot. On aurait encore parlé des souvenirs, parce qu'on en parle toujours, toujours des mêmes, on aurait ri comme deux enfants de huit ans, que nous sommes encore, dans le fond.
Sauf qu'elle ne viendra pas. Un problème de voiture. Voilà qui ce qui la retient. Et je comprends tout à fait. C'est la vie. C'est juste que maintenant il me semble que ma journée est complètement gâchée et que j'ai envie de chialer, lamentablement. Et encore, je me retiens. Et encore, je prends sur moi. Enfin. Bien sûr, je ne lui ai pas dit ça. Je lui ai dit la vérité, en amélioré, en plus pudique : "Ne t'inquiète pas, Aurélie, je comprends tout à fait. De toute façon, en ce moment, je ne suis pas à une déception près..."
Sur ce, elle a raccroché pour aller retrouver son petit bonheur parfait, dans sa petite maison parfaite, avec son chéri parfait et sa petiote parfaite. Et moi, moi j'ai été retrouver la vaisselle qui s'empile dans l'évier, mon chat, le bazar de mes fiches de prep' et ma solitude.

Partager cet article

Repost 0

commentaires