Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cher lecteur,

Exceptionnellement, nous nous adresserons à toi directement : ce site n'est en aucun cas une biographie de Victor Hugo. Alors si tu pensais trouver ici la vie de notre Totor national en long, en large, et en travers, passe ton chemin !

 

Pour bien comprendre les propos de nos deux protagonistes :

1° Des caractères gras de couleur bleue quand Victor s'adresse à Mirabelle

2° Une police des plus classiques quand Mirabelle s'adresse à Victor

 

Sur ce, bonne lecture !

 

Un Mot Au Vol ?

Papotage Archivé

Opinion


Et si vous nous faisiez part de votre opinion ?


Victor mène l'enquête.

Parce que Mirabelle se le demande !




personnes ont écouté la conversation entre Mirabelle et Victor depuis leur rencontre.


Aujourd'hui, à :

il y a personne(s) qui papote(nt) avec Mirabelle et Victor.


La requête de Victor :

  • Parce que Mirabelle et moi-même aimons beaucoup de gens... Allez donc jeter un coup d'oeil à notre tour de tables !
 

Nos recommandations :

  • Un clic et vous y êtes... Si vous souhaitez quelques conseils pour guider votre lecture, bien entendu !



Lexique IUFMesque à l'usage des non-initiés :

  • Mirabelle, dans son infinie bonté, a daigné me proposer (ainsi qu'à toi, ô lecteur non affilié à l'Education Nationale !) un lexique de rattrapage, sensé me donner les repères indispensables à la compréhension de deux rubriques.


16 mai 2006 2 16 /05 /mai /2006 00:00

Mon cher Victor,

 J'ai fait hypokhâgne-khâgne. Je l'ignorais ! Mais... Tu ne me demandes pas ce que c'est que cette filière ? Non ! Me prendrais-tu pour un inculte ? Je sais très bien ce que c'est, voyons ! Je peux même te dire qui les a créées ! Peux-tu me le dire, toi ? Eh bien... Tu fais moins ta maligne ! Je suis confuse, Victor... Assez ! Je vais te le dire, moi, ce que c'est que ces classes :

 

L'origine du nom est mal connue. « Khâgneux » serait une orthographe pseudo-grecque de « cagneux », qui désigne des membres mal formés ou osseux. Napoléon Ier, inspectant une classe préparatoire littéraire, se serait exclamé « Qu'est-ce que c'est que ces cagneux ! » devant la constitution chétive des élèves.  Leurs homologues scientifiques étaient plus athlétiques, puisqu'ils se préparaient à des écoles militaires.

Alors, tu es contente, maintenant ? Ne te vexe pas, Victor... Tu sais bien que je n'aime pas quand tu es fâché contre moi ! Bon, bon... Alors, qu'est-ce que tu voulais dire à propos de tes deux années de classe préparatoire ?

Les Prépas... Un mot qui n'échappe pas à son étiquette. Et c'est quoi, cette étiquette ? En schématisant : jeunes intellos boutonneux, coincés, incapables de s'amuser, croulant sous leurs bouquins... Bref : des grosses têtes ! Fichtre... Et ce n'est pas la vérité ? Ce n'est qu'UNE partie de la vérité. J'ai d'ailleurs une anecdote assez drôle à te raconter, qui montre bien combien certains peuvent mépriser les élèves de Prépa. Je t'écoute !

Petite soirée au resto avec ma classe de PE1. A côté de notre tablée, une trentaine de jeunes gens qui rient plus fort que nous, crient plus fort que nous, et qui m'attendrissent. Peut être parce que j'ai entendu les mots "concours", "Prépa étoile" et "colles". Peut être parce que je me sens proche d'eux, tout à coup... J'ai envie de m'approcher et de leur dire tout simplement : "Je comprends que vous ayiez besoin de vous défouler, j'ai fait Prépa moi aussi, je sais ce que c'est...". Evidemment, je reste assise, je les regarde, et je souris, pour moi seule. Et soudain, une collègue de PE1 se penche vers moi :

- Regarde ! C'est des Prépas ! On les reconnaît, les Prépas ! Pff... Qu'est-ce qu'ils sont gamins ! Ils sont peut être super forts en classe mais alors qu'est-ce qu'ils sont immatures ! Et qu'est-ce qu'ils sont moches ! Regarde moi ça... Binoclards, boutonneux... Je les repère à des kilomètres !

Je ne sais pas pourquoi, je me sens hargneuse, tout à coup. J'ai envie de lui rabattre son caquet. De la mettre face à sa bêtise. J'y vais doucement, pourtant...

- Tu sais, ils ne sont sans doute pas tous comme ça, il ne faut pas généraliser...

- Admets qu'ils ne sont pas gâtés les pauvres ! Ils ne font pas épanouis !

- Ah... Et moi, je fais épanouie ?

Elle me regarde. Ne comprend pas. Hésite :

- Euh... Quel est le rapport ?

- Tu n'as pas repéré que j'avais fait Prépa ?

Evidemment, elle s'est excusée. Et plutôt mille fois qu'une.

Que les gens aient des préjugés sur les Prépas, je le conçois tout à fait ! Mais ce qui m'intéresserait, ce serait de savoir quelle est l'atmosphère dans ces classes... S'il est justifié d'affirmer que la pression est à son comble et que les enseignants dévalorisent les élèves !

La première année de Prépa est une douche froide. Une douche froide contradictoire, mais une douche froide quand même. Tous les élèves ont obtenu leurs baccalauréats avec mention, ce qui, aux dires de mon professeur de géographie de l'époque "est le minimum syndical pour l'élite de la nation". Le ton est donné.

Réunion de rentrée. Ton pompeux du directeur du lycée de province dans lequel j'ai fraîchement débarqué. Nous ne sommes pourtant pas à Henri IV mais nous incarnons, nous aussi, d'après l'équipe pédagogique "la sélection de la sélection". La première semaine de classe est ponctuée d'interminables discours sur "notre chance d'être ici", sur "nos sacrifices à accomplir", notre "devoir de faire honneur au lycée M. en étant au moins sous-admissible au concours de l'ENS".

- Attendez-vous à des baisses de note notables ! Il vous faudra réapprendre tout ce que vous aviez appris !

- Vous êtes la crème des crèmes, que dis-je, la cerise sur le gâteau !

- A partir de maintenant, seul le concours doit compter !

Mes premiers pas dans le monde de la Prépa furent assez pénibles. Impression de condescendance. De supériorité. De flatterie. De mépris des "simples étudiants". Tout ce que je déteste en somme... J'espérais simplicité, modestie, autorité sans autoritarisme, et me voilà propulsée sur une planète où les mots "sacrifice", "compétition", "coups bas" prennent tous leurs sens. Entre ceux qui lisent Proust dans le couloir pour exhiber la qualité de leur esprit, esprit qui, soit dit en passant, ne s'abaisse pas à adresser la parole aux communs des mortels ; et ceux qui, dénués de tous scrupules, demandent conseil et plagient ainsi, très finement, la dissertation de leur camarade, je me sens incapable de rentrer dans le moule. Surtout quand un certain professeur de lettres, connu pour "ses paroles un peu dures" s'indigne devant la qualité de nos copies, "de la pâtée pour chats" selon lui.

Ahurie dans un premier temps, je finis par prendre le contre-pied de ce qu'on attend de nous. Au programme : rigolade, auto-dérision, un sens de l'humour qui m'a permis, avec ma bande de copines, de ne pas sombrer, à l'approche du concours, dans les larmes et la dépression, comme ce fut le cas pour certaines personnes de ma classe. On ne peut pas dire que tu nous dépeignes la Prépa d'une manière très positive... C'est tout ce que tu en retiens, de ton année ? Bien sûr que non, j'allais y venir ! J'ai beaucoup appris. Culturellement bien sûr, et surtout personnellement. C'est à dire ? C'est à dire que faire deux années de classe préparatoire remet les pendules à l'heure... A la rentrée, on nous assomme de vérités :

- Vous allez apprendre l'humilité. Vous êtes tout fraîchement sortis de Terminale. Vous avez tous obtenu votre baccalauréat avec mention, sans trop vous fouler. Vous vous croyez brillants. Dites-vous qu'il y aura toujours plus brillants que vous ! Toujours !

Si j'ai tiré une leçon de ces deux années, c'est bien celle-ci. Il y a toujours meilleur que soi. Toujours...

Partager cet article

Repost 0
Published by Mirabelle - dans Positif - Négatif
commenter cet article

commentaires

Nil Sanyas 21/05/2006 21:06

Mirabelle : hum, oui si tu veux, enfin pour moi, ce sont tes actes après être passé par l'ENA qui me fera dire que tu fais partie de l'élite. En faire partie (de l'ENA) prouve juste que t'as assez de talent pour y entrer... (ou assez de relation...) Faire partie de l'élite, c'est le niveau au-dessus à mon goût.Sev : je pensais comme toi avant, mais si, une discrimination peut être positive, tout simplement parce que le mot discrimination signifie différenciation. Rien de plus, rien de moins. Une discrimination peut donc être positive ou négative, littéralement, ça ne pose pas de problème :-)Après, c'est clair que ce genre de politiques ne sont pas idéales, mais peut-être sont-elles les seules qui fonctionnent concrètement...

Mirabelle 22/05/2006 10:16

Bon bon, d'accord, d'accord... Tu n'as peut être pas tort sur l'élite ! ;-)
Par contre, là où je ne suis pas d'accord, c'est sur ta définition du terme "discrimination" ! Si je prends mon indéfectible Petit Robert, voici ce que je lis, dans le sens courant : "le fait de séparer un groupe social des autres en le traitant plus mal". De même le terme "discrimination positive" est expliqué comme tel : "action visant à favoriser certains groupes sous-représentés afin de corriger les inégalités", ce qui signifie bien qu'inégalité il y avait, et ce par le sens courant de "discrimination" ! ;-)

Sev 19/05/2006 21:30

Je viens de voir chez Ruquier que certaines prépa ont ajouté une classe réservée à des personnes venant de milieux défavorisés (banlieues, campagne profonde,...). Il s'agissait ici d'un Hypokhagne de Henri IV c'est pour ca, Mirabelle, que je me permets de poster chez toi plutot que chez Ma2thieu.
Pour info, l'entrée en prepa est sur dossier, et ils ont remarqué qu'ils avaient tres peu de candidats venant de ces milieux, ce qui est dommage vu qu'ils ne sont pas plus bêtes que les autres (jusque la tout va bien).La ou ca me bloque  c'est que pour les inciter à venir, ils ont choisi de reserver une classe pour les pauvres (terme employé dans l'emission) parce qu'ils pensent que les jeunes ne viennent pas par peur du melange des milieux et des cultures. Pfff comme si ca pouvait les arrêter ! D'autant qu'une fois dans une grande école ou dans la vie active les milieux et les cultures seront melangés, c'est reculer pour mieux sauter et c'est accentuer cette différence de les parquer seuls dans une classe à part !
C'est de la discrimination positive (ce terme est d'une stupidité je trouve, la discrimination ne peut pas être positive !) et ca je ne supporte pas : un pauvre aurait le droit à une place à laquelle une personne de milieu moyen ou elevé n'aurait pas doit ? (l'inverse n'est pas plus juste entendons nous bien !) Ca insite au racisme, et ca dévalorise les personnes qui en beneficie ! Alors qu'il aurait suffit d'un peu plus de publicités dans les lycées qui n'envoient jamais d'eleves, de leur montrer qu'ils sont autant les bienvenus que les autres, pour mettre tout le monde à egalité !
Cette nouvelle politique à la mode me dégoute.
Voila c'etait mon coup de gueule du jour ! Désolée de devoir envahir le blog des autres pour le pousser, mais cet article s'y pretait bien...

Mirabelle 20/05/2006 09:07

J'avais déjà entendu parler de ça mais je pensais qu'on les mélangeait ! C'est quand même dingue qu'ils les mettent dans une classe à part ! Ca a quelque chose d'absurde : ce n'est pas en les isolant qu'ils parviendront à s'intégrer !
"un pauvre aurait le droit à une place à laquelle une personne de milieu moyen ou elevé n'aurait pas droit ?" : Je partage ton agacement. Ce genre de raisonnement est aussi une discrimination. C'est comme ces jeunes délinquants que l'on envoie dans des châteaux, soit-disant pour qu'ils "reprennent contact avec la réalité". La réalité des châteaux n'est pas celle de tout le monde, et en faisant cela, on les éloigne de la vraie vie. Grrr... ;-)

Nil Sanyas 17/05/2006 22:01

Mon texte était ironique... Du calme les filles, vous êtes toutes à cran on dirait en ce moment.Faut pas faire partie de l'élite pour l'avoir pris au premier degré :-) (ça aussi c'est ironique, je préfère préciser)Cependant, je prends vos définitions respectives :> Mel : Il faut appeler un chat un chat. L'élite de la Nation ce sont les entrepreneurs,les gens qui ont des idées, qui créent leur boîte, qui booste l'économie> Mirabelle : "Ensemble des personnes considérées comme les meilleures, les plus remarquables d'un groupe, d'une communautéEn quoi ai-je tort donc ? :-)On peut être un bon chef d'entreprise sans pour autant rentrer dans des grandes écoles. On peut être une personne remarquable aussi sans y entrer (ça veut dire que si on y entre pas, on est de la merde ?!!!!).C'est ça que signifiait mon message, je ne parlais pas de héros lol, mon premier exemple était trop précis et mauvais c'est vrai, mais il fallait le voir plus globalement.De plus, vous me parlez d'acte.Etre dans une grande école, ce n'est pas un acte...On peut faire de grands actes sans y entrer.On peut y entrer et ne rien faire par la suite.Donc parler d'élite uniquement parce qu'on y est, c'est ridicule. Tu crois faire partie de l'élite ? Dégonfles tec chevilles et prouve le avant, et ensuite, les autres te diront si tu en fais partie.PS : bien sûr que mes exemples étaient démago, c'était tellement flagrant que je pensais que c'était inutile de le préciser, c'était gros comme une maison.Enfin ça se sent que tu t'es sentie visée Mel :-)Par contre, ta vision uniquement économique me semble ultra réductrice, mais bon passons :P

Mirabelle 19/05/2006 13:00

Nil, le terme "élite" est à entendre au sens intellectuel, il me semble. Il y a une connotation sociale indéniable, dans le sens où le terme "élite" renvoie à une reconnaissance. Bien sûr, on peut être remarquable sans faire partie de l'élite, mais justement, les gens remarquables reconnus comme tels correspondent au terme "élite". Ce qui ne signifie pas que ceux qui ne le sont pas sont de la merde ! Ce serait bien trop simpliste de raisonner ainsi...
Attention, je ne suis pas en train de faire un discours pro-élite, au contraire ! J'estime que l'élite existe mais qu'elle n'était en aucun cas dans ma petite Prépa de province. "Etre dans une grande école n'est pas un acte". Certes... Mais on ne m'ôtera pas de l'idée que ce type de personnes (allez, disons, les gens de l'ENA par exemple, qui peuvent déboucher sur une carrière politique) font partie de l'élite : on ne peut pas nier que ce sont les sommets des sommets, et qu'en général, ces gens font de grandes choses ! Ce n'est pas être pro-élite que de reconnaître que cette élite existe. On a reconnu leur valeur intellectuelle, leur intelligence, leur qualité de travail... C'est en cela qu'on peut parler d'élite à mon avis.
Bonne journée ! ;-)

Kimberley II 17/05/2006 21:28

Il ne faut pas confondre "elite" et "idole" !

Mirabelle 17/05/2006 22:31

Certes non... Ce n'est pas la même chose ! L'élite est une notion très rationnelle, me semble-t-il, alors que le terme "idole" renvoie tout de suite au déchaînement des passions, aux mythes, aux légendes... L'inverse, donc ! :D

Sev 17/05/2006 19:50

@Anilori : Il me semble quand même que tu peux être fière d'être normalienne :)

Mirabelle 17/05/2006 19:52

A moi aussi, mais je lui ai déjà dit ! ;-) Tant pis, je me répète ! :D