Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cher lecteur,

Exceptionnellement, nous nous adresserons à toi directement : ce site n'est en aucun cas une biographie de Victor Hugo. Alors si tu pensais trouver ici la vie de notre Totor national en long, en large, et en travers, passe ton chemin !

 

Pour bien comprendre les propos de nos deux protagonistes :

1° Des caractères gras de couleur bleue quand Victor s'adresse à Mirabelle

2° Une police des plus classiques quand Mirabelle s'adresse à Victor

 

Sur ce, bonne lecture !

 

Un Mot Au Vol ?

Papotage Archivé

Opinion


Et si vous nous faisiez part de votre opinion ?


Victor mène l'enquête.

Parce que Mirabelle se le demande !




personnes ont écouté la conversation entre Mirabelle et Victor depuis leur rencontre.


Aujourd'hui, à :

il y a personne(s) qui papote(nt) avec Mirabelle et Victor.


La requête de Victor :

  • Parce que Mirabelle et moi-même aimons beaucoup de gens... Allez donc jeter un coup d'oeil à notre tour de tables !
 

Nos recommandations :

  • Un clic et vous y êtes... Si vous souhaitez quelques conseils pour guider votre lecture, bien entendu !



Lexique IUFMesque à l'usage des non-initiés :

  • Mirabelle, dans son infinie bonté, a daigné me proposer (ainsi qu'à toi, ô lecteur non affilié à l'Education Nationale !) un lexique de rattrapage, sensé me donner les repères indispensables à la compréhension de deux rubriques.


13 août 2006 7 13 /08 /août /2006 00:00

Mon cher Victor,

Il me semble, jusqu’ici, ne pas avoir assez insisté sur la valeur de l’amitié. Cet article de Nico (que je salue au passage) m’a amenée à réfléchir sur ce curieux sentiment d’affection que l’on éprouve pour une personne… Moi, par exemple ! C’est un exemple, en effet. Cependant, Victor, ne te fâche pas : tu n’es pas la première personne qui me soit venue à l’esprit ! Tu as d’abord songé à Papierchiffon, j’imagine ? Tout juste ! Cela ne m’étonne guère…

Il y a deux ou trois jours, dans un élan de mélancolie, j’ai ressorti les albums poussiéreux de ma jeunesse (eh oui, Victor, je ne fais pas régulièrement les poussières, c’est un fait !), jeunesse ô combien emportée par cette passion fraternelle que l’on nomme l’amitié. En feuilletant l’album, je constatais avec surprise que Papierchiffon figurait sur la plupart des photographies. Papierchiffon au ski, Papierchiffon sur mon lit d’adolescente, Papierchiffon en Italie… Rien d’étonnant, si tu veux mon avis ! Si, au contraire. Car, paradoxalement, en plus d’être ma meilleure amie, Papierchiffon est, de mes relations amicales, celle que j’ai fréquentée le moins souvent. Ce n’est pas très logique, si tu as tant de photos d’elle ! Je ne te le fais pas dire ! Cependant, à bien y réfléchir…

Papierchiffon a toujours été là. Je me souviens avec précision de la première fois où j’ai franchi le seuil de sa maison. La comédie musicale « Starmania » tournait en boucle sur sa chaîne… J’avais été très impressionnée et très reconnaissante, la plupart de mes connaissances d’alors ne jurant que par Pascal Obispo et autres chanteurs à la mode aux paroles insipides. J’aimais « Starmania ». Et ce simple détail suffit, dans mon idée, à me rapprocher d’elle. Elle avait les cheveux raides, d’un noir profond, coupés au carré, lui frôlant les épaules. Une chemise bleue à carreaux. Un nez un peu en trompette… Un sourire renversant qui, chose étrange, se mariait parfaitement avec cette mine bougonne qu’elle arborait bien souvent. Où veux-tu en venir, Mirabelle ? Je n’ai rien contre cette touchante description de ta première invitation chez Papierchiffon, mais j’ai du mal à saisir où tu m'emmènes !

En regardant ces photographies, je nous ai vues grandir, parallèlement. Expériences différentes. Caractères différents. Et pourtant, même sens de l’amitié. Toujours un geste pour nos anniversaires respectifs. Des cartes postales pour les vacances. Papierchiffon est la personne la plus fidèle que j’ai jamais connue. Et j’en suis fière. Car il me semble avoir trouvé celle qui sera à la hauteur de cette barre que j’ai placée très haut, cette barre de l’amitié, exigeante et tenace.

Trouves-tu ridicule d’affirmer et de réaffirmer une amitié ? Bien sûr que non. L’amitié n’est pas si différente de l’amour, tout cela n’est qu’une question de dégré, et le verbe « aimer » est approprié à l’un comme à l’autre. Alors sache que j’aime Papierchiffon. Sincèrement et profondément. Elle fait partie des êtres que j’estime le plus au monde. Et si je devais la perdre… Pourquoi dis-tu cela, Mirabelle ? Depuis le début, le ton que tu emploies m’intrigue… Il est tantôt fougueux tantôt inquiet. Parfois angoissé. Comme si quelque chose t’échappait…

Tout peut toujours nous échapper, Victor, c’est une réalité. Nous ne contrôlons rien. Même les liens les plus solides, les fils les plus élastiques, sont susceptibles de se rompre. Je considérais mon amitié avec Papierchiffon comme éternelle. Naturelle et éternelle. Et je la considère toujours ainsi. Je m’aperçois pourtant, désormais, que tout est en perpétuelle reconstruction. Toute relation, qu’elle soit amicale ou amoureuse, n’est jamais acquise. Rien n’est jamais gagné. Et c’est à nous de nous bagarrer pour conserver ce sur quoi on a misé. Y croire, encore et toujours. L’amitié, comme l’amour, est un engagement au recommencement incessant. Y croire. Foncer. Garder espoir. Apprendre la patience. Et se dire que le jeu en vaut la chandelle.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mirabelle - dans Amitié(s)
commenter cet article

commentaires

oceane 17/08/2006 09:06

Avoir une ou un Ami (ou des...), c'est pouvoir l'écouter quand il en a besoin, le soutenir quand on sent qu'il ne va pas bien, oser lui dire qu'il/elle se trompe dans ses choix, etc... C'est aussi avoir besoin de sa présence et ressentir qu'il/elle a besoin de la notre. Alors si tous ces éléments ne sont pas réunis, alors j'estime qu'il ne s'agit que de "bonnes relations" et encore.... meme si certaines peuvent durer depuis des années. L'Amitié existe c'est certain mais c'est une chose rare mais précieuse ;-))

Mirabelle 17/08/2006 09:42

Je partage ta définition, Océane. Quand on a un(e) véritable ami(e), on sait que c'est de lui (ou d'elle) dont on a besoin, et pas de quelqu'un d'autre. En gros, on a conscience que cette personne est irremplaçable et qu'on ne peut pas trouver ce qu'elle nous apporte chez quelqu'un d'autre. Le lien est unique.

blogtrotter 14/08/2006 09:36

j'avais un ami d'enfance que j'avais perdu de vue depuis 16 ans... j'ai passé quatre mois de recherche (mairies, gendarmeries, connaissances, sécurité sociale etc..) pour le retrouver.. il vivait en Martinique où il avait fuit... quand on s'est parlé, on aurait dit que l'on s'était quitté il y avait à peine un mois !!!
l'Amitié, la vraie, est inébranlable ! d'un autre coté, ça prouve aussi que quand on veut retrouver quelqu'un, on y arrive toujours..ça fait peur !!!
bisous !

Mirabelle 14/08/2006 16:41

"L'Amitié, la vraie, est inébranlable" : humm... Je n'en suis pas si sûre... ;-)
 

Attachiante 13/08/2006 17:45

Je pense que la vraie amitié, celle qui dure, celle qui est à toutes épreuves, est très rare. On croit souvent qu'on est ami avec quelqu'un, jusqu'au premier coup dur où la présence se trouve être à sens unique, voire même totalement inexistante.
Après les épreuves que j'ai traversé, je ne sais pas si je crois encore en l'amitié.

Mirabelle 13/08/2006 20:22

J'ai moi aussi connu pas mal de déceptions de ce côté-là mais j'y crois encore... Et toujours ! :D
Est-ce qu'il existe une amitié sans épreuve ? J'ai des doutes. J'ai longtemps pensé que les plus grandes amitiés étaient les plus intouchables. Désormais, je crois plutôt que ces amitiés ne sont pas à l'abri des risques, et que c'est lorsqu'on vient à bout d'une grosse brouille qu'on en sort fortifié...

Alfie 13/08/2006 15:25

C'est vrai que l'amitié peut se s'émietter aussi vite qu'elle s'est forgée... Je pense à une amie d'enfance avec qui j'ai quasiment été élevée. On se voyait très souvent, dodo-parties chez l'une ou chez l'autre le week-end et j'en passe...Mais deux ans d'écart et des caractères très différents nous ont éloigné à l'adolescence. Moi réservée et studieuse, elle plus délurée et dragueuse. Et puis il y a deux ans, elle s'est mariée. J'étais au mariage, évidemment, mais ce n'était plus pareil. Un fossé entre la jeune femme au foyer qu'elle était devenue et la jeune étudiante délurée et célibataire que j'étais et que je suis toujours...Par contre, un mois et demi après être partie, je constate avec joie que les trois ans d'amitié construits avec ceux de ma promo, et les nombreuses années avec les copines du lycée ne s'effritent pas, et que nous avons encore plus de bonheur à nous retrouver aujourd'hui... Comme s'il s'agissait d'un présent si rare qu'on ne peut plus se permettre de le gâcher...Mais jusqu'à quand ?... Arrivera sûrement un jour où la vie nous éloignera et où l'on se perdra peut-être de vue... sans pour autant s'oublier...

Mirabelle 13/08/2006 20:54

J'ai eu une grande amitié également avec une fille que je connais depuis la maternelle... D'ailleurs, j'en parle dans des articles... Nous sommes restées éloignées longtemps et maintenant, on se revoit... Bien sûr, ce n'est plus comme avant, notre relation s'est transformée, mais de par tout ce que nous avons connu ensemble, cela reste fort... Et on ne s'oubliera pas... Je pense qu'on n'oublie jamais les grandes amitiés...

Nico 13/08/2006 12:46

Hello Mirabelle, Il y a un mot qui me gêne dans ce très bel article sur l'amitié. C'est le mot "bagarrer" quand tu dis "Rien n’est jamais gagné. Et c’est à nous de nous bagarrer pour conserver ce sur quoi on a misé." C'est une interprétation personnelle j'en conviens, mais je trouve que le mot "bagarrer" sous-entend qu'il y a qq part un ennemi; or j'ai l'impression qu'il n'y a pas d'adversaire (il y a l'adversité parfois), pas de puissance à contrer. Pour reprendre l'image de Cédric du jardin, j'aurai tendance à dire qu'il faut entretenir, qu'il faut cultiver ce sur quoi on a misé, ce que l'on a planté. Bon en même temps j'ai presque pas dormi moi depuis 3 - 4 jours...Gros bisousNicolas - Le jardinier

Mirabelle 13/08/2006 13:32

Le mot "bagarrer" sous-entend, dans mon idée, une lutte contre le temps qui passe et la facilité. J'ai perdu des amies en laissant traîner les choses, et me suis aperçue que tout était perdu, trop tard. En fait, on se bagarre contre un "ennemi virtuel" (quoi que c'est vrai que le mot "ennemi" est un peu fort...) qui est le temps qui passe, l'acceptation, le renoncement. En fait, je voulais surtout montrer que je ne renoncerai pas. D'où le terme "se bagarrer", que j'entends, évidemment, dans le sens psychologique.
Dors bien ! ;-)