Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cher lecteur,

Exceptionnellement, nous nous adresserons à toi directement : ce site n'est en aucun cas une biographie de Victor Hugo. Alors si tu pensais trouver ici la vie de notre Totor national en long, en large, et en travers, passe ton chemin !

 

Pour bien comprendre les propos de nos deux protagonistes :

1° Des caractères gras de couleur bleue quand Victor s'adresse à Mirabelle

2° Une police des plus classiques quand Mirabelle s'adresse à Victor

 

Sur ce, bonne lecture !

 

Un Mot Au Vol ?

Papotage Archivé

Opinion


Et si vous nous faisiez part de votre opinion ?


Victor mène l'enquête.

Parce que Mirabelle se le demande !




personnes ont écouté la conversation entre Mirabelle et Victor depuis leur rencontre.


Aujourd'hui, à :

il y a personne(s) qui papote(nt) avec Mirabelle et Victor.


La requête de Victor :

  • Parce que Mirabelle et moi-même aimons beaucoup de gens... Allez donc jeter un coup d'oeil à notre tour de tables !
 

Nos recommandations :

  • Un clic et vous y êtes... Si vous souhaitez quelques conseils pour guider votre lecture, bien entendu !



Lexique IUFMesque à l'usage des non-initiés :

  • Mirabelle, dans son infinie bonté, a daigné me proposer (ainsi qu'à toi, ô lecteur non affilié à l'Education Nationale !) un lexique de rattrapage, sensé me donner les repères indispensables à la compréhension de deux rubriques.


30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 10:49

Merci à toi que je n'ai pas revu depuis trois ans, qui est parti sans un mot, sans une explication, qui m'a laissée m'en sortir seule, me battre seule ; merci à toi, qui m'a fait voir, involontairement, ce dont j'étais capable, ce que je pouvais supporter, ce que je pouvais entreprendre pour valoir mieux. Merci à toi, merci de m'avoir forcée à puiser dans mes ressources, merci, surtout, de m'avoir fait prendre conscience que j'en avais. Merci de ne pas m'avoir donné d'autre choix que d'attendre mieux d'un homme, merci de m'avoir offert, dès ma première histoire sérieuse, ce qu'il peut y avoir de pire en l'amour : le mensonge, la trahison, l'irrespect. Merci de m'avoir montré que c'est ça, aussi, que cela fait mal, que plusieurs années de lien tacite peuvent s'évaporer en un quart de seconde et qu'il n'y a plus rien soudain, que ce vide, ce silence, et le sentiment amer que tout cela, au bout du compte, n'était rien.

Merci à toi. Merci, car quand tu es parti, j'ai mis le doigt sur le meilleur de moi-même, compris qu'"exigence" n'était pas synonyme d'"intransigeance", que désirer quelque chose de bien, de vraiment bien, était à ma portée. Merci à toi d'avoir dévoilé la face la plus basse, la plus honteuse de ta personnalité, merci de l'avoir fait : je ne voulais pas de quelqu'un comme toi pour m'accompagner tout au long de ma vie.

Trois ans que je suis sans nouvelles, trois ans que je ne t'ai pas revu. Que tu ailles bien, que tu ailles mal, que tu sois heureux ou non, je m'en fiche. Je souhaitais juste te remercier, car tu m'as rendu un fier service, tu m'as aidée, en me quittant de la manière la plus ignoble qui soit, à réveiller celle que je voulais être, qui n'attendait que l'humiliation pour se regonfler d'orgueil et décréter qu'elle valait mieux que tout cela.

Merci à toi. Parce que je me suis prise en main, que j'ai grandi, et que je l'ai rencontré. Parce que je suis bien avec lui comme jamais je ne l'ai été avec toi. Ce n'est pas par éclair, pas par bribe, c'est tout le temps, tous les jours, et moi qui n'avais connu que l'étrange malaise de n'être pas à ma place, je me dis aujourd'hui que j'ai trouvé. Que je suis avec la bonne personne. Au bon moment.

Autrefois, tu venais commenter ici, de temps en temps. Peut être liras-tu ces lignes un jour, alors j'espère avoir été bien claire : tu es celui qui m'a fait le plus de mal, et encore aujourd'hui, je persiste à penser que tu t'es débarrassé de moi comme d'un objet trop encombrant, à qui on n'ccorde plus aucune valeur sentimentale. Mais tu es aussi celui qui m'a obligée à me transcender, à me battre, à m'en remettre, et surtout à viser mieux.

Alors merci, parce qu'aujourd'hui, je l'ai, mon grand amour, je l'ai et je ne compte pas le lâcher. Je suis sûre avec lui de tout ce dont je n'avais jamais été certaine avec toi. Je n'ai pas de doute. Nous allons nous promener, lire ensemble sur les pelouses du château, nous allons à la mer, nous rions, beaucoup, nous sommes proches, complices, de véritables confidents l'un pour l'autre, nous partons en vacances l'été prochain et projetons de mettre un bébé en route dans les mois qui viennent. Alors merci. Parce que vraiment, je n'avais jamais été aussi heureuse.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mirabelle - dans L'Amour toujours
commenter cet article

commentaires

johan 05/04/2011 12:25



Je suis heureux que tout se passe pour le mieux pour toi. Malgré tout, je n'ai rien oublié de ce qui s'est passé et toujours du mal à tourner la page ( reste un sentiment d'inachevé). Soit
heureuse et bonne continuation.



Oceane 30/03/2011 11:34



Et Victor... que pense-t-il de tout cela ? Ne dirait-il pas que c'est encore lui accorder trop d'importance que de lui consacrer cet article ?


Montres nous ton bonheur mais surtout que ce bonheur tu l'as construit toute seule et en aucun cas grace à lui.  Il était une erreur, et c'est avec ses erreurs que l'on se construit.


Sois heureuse ce sera ta plus belle revanche sur la vie ;)


Je te souhaite tout le bonheur que tu mérites.


 


 



Mirabelle 30/03/2011 16:06



Bonjour Océane,


Je me permets de répondre à ton commentaire (une éternité que je ne l'avais pas fait !) car je voulais préciser un point : il n'a pas été une erreur. Sur les quatre années passées avec lui, j'ai
beaucoup appris, et même si j'en suis venue à la conclusion que nous n'étions vraiment pas sur la même planète, il n'en demeure pas moins que si c'était à refaire, je le referais car c'est en
partie parce que je l'ai rencontré que j'en suis là où j'en suis ! :)


Quant au bonheur, je ne suis pas douée pour en parler. Quand tout va bien, comme c'est le cas depuis deux ans avec N., je ne trouve pas de mots. Et je n'ai pas forcément besoin d'en parler, c'est
assez drôle, l'écriture ne s'impose pas à moi comme c'était le cas face à la douleur. Depuis que je suis heureuse, c'est un fait, j'écris moins. Etrange ? ;-)



Maxime 30/03/2011 11:29



Content de voir que tout va bien pour toi :)