Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Cher lecteur,

Exceptionnellement, nous nous adresserons à toi directement : ce site n'est en aucun cas une biographie de Victor Hugo. Alors si tu pensais trouver ici la vie de notre Totor national en long, en large, et en travers, passe ton chemin !

 

Pour bien comprendre les propos de nos deux protagonistes :

1° Des caractères gras de couleur bleue quand Victor s'adresse à Mirabelle

2° Une police des plus classiques quand Mirabelle s'adresse à Victor

 

Sur ce, bonne lecture !

 

Un Mot Au Vol ?

Papotage Archivé

Opinion


Et si vous nous faisiez part de votre opinion ?


Victor mène l'enquête.

Parce que Mirabelle se le demande !




personnes ont écouté la conversation entre Mirabelle et Victor depuis leur rencontre.


Aujourd'hui, à :

il y a personne(s) qui papote(nt) avec Mirabelle et Victor.


La requête de Victor :

  • Parce que Mirabelle et moi-même aimons beaucoup de gens... Allez donc jeter un coup d'oeil à notre tour de tables !
 

Nos recommandations :

  • Un clic et vous y êtes... Si vous souhaitez quelques conseils pour guider votre lecture, bien entendu !



Lexique IUFMesque à l'usage des non-initiés :

  • Mirabelle, dans son infinie bonté, a daigné me proposer (ainsi qu'à toi, ô lecteur non affilié à l'Education Nationale !) un lexique de rattrapage, sensé me donner les repères indispensables à la compréhension de deux rubriques.


26 juillet 2007 4 26 /07 /juillet /2007 10:03
Mon cher Victor,

file-266901-49887.jpg

Dis-moi, Mirabelle, il est plein d'esprit, ton titre ! Malheureusement, je n'en tire aucune gloire : c'est le génie du Canard Enchaîné ! Je me disais bien que tu n'aurais pas pu trouver ça toute seule... Merci pour cette gentillesse, Victor !

Tu as donc compris quel sujet nous occupera aujourd'hui. Dans cette affaire, il y a quelque chose qui m'échappe... Quelqu'un pourrait-il m'expliquer pourquoi c'est Madame Sarkozy qui a été envoyée pour obtenir la libération des infirmières bulgares ?
C'est pour le moins étrange, en effet... Elle n'a aucun statut, à part celui de "Première dame de France" et je ne pense pas que celui-ci soit reconnu par la Constitution française... Si ? Bien sûr que non ! 
Attends Mirabelle... Il y a pourtant un ministre des Affaires Etrangères, n'est-ce pas ? Son intervention m'aurait semblé plus appropriée ! Comment s'appelle-t-il, déjà ? Tu sais, il s'agit de ce médecin du PS qui a viré à droite, là, trop interessé par l'appât du pouvoir ! Tu veux parler de Bernard Kouchner, Victor. Oui voilà ! Pourquoi n'y a-t-il pas été ? Si je le savais... Je n'ai malheureusement pas une oreille à l'Elysée pour pouvoir te le dire !

Bon. Il est vrai qu'elle avait déjà rendu visite aux infirmières bulgares le 12 juillet mais de là à intervenir dans leur libération... Mais tout ça, ça me fait penser aux Etats-Unis, où la First Lady intervient sur beaucoup de choses, où les valeurs familiales sont mises en avant, quitte à devenir une ligne de conduite politique. Il ne faut pas s'étonner, ma pauvre Mirabelle ! Tu me disais il n'y a pas si longtemps que tu craignais que Monsieur Sarkozy ne tente de se tirer la couverture à tout prix, en étant à l'origine de toutes les décisions ! S'il voulait vraiment se mêler de tout, être sur tous les fronts, il était naturel qu'il envoie sa femme ! Je n'ai rien contre la famille, Victor, mais enfin là, c'est un peu trop quand même... Tss tss tss... Va donc sur les sites de célèbres journaux français, renseigne toi un petit peu et tu liras partout que Monsieur Sarkozy a une "nouvelle manière de gouverner la France", une "diplomatie familiale inédite". Ca... Pour de l'inédit, c'est de l'inédit... Qui ne me dit rien qui vaille ! A moi non plus, je te rassure, je suis Républicain... Victor, je t'ai répété et répété mille fois que "Républicain", ça ne veut plus... Quand on y réfléchit, Mirabelle...
Paraît-il qu'il fallait un symbole fort pour représenter le président et... Quel meilleur symbole que son épouse ? C'est bien plus puissant que d'envoyer un ministre, ça ! Mouii...

En tous cas, une chose est sûre... Qu'attend ce Monsieur Kouchner pour démissionner ?! Il doit bien voir qu'on le prend pour un idiot, quand même... Oh, tu sais, parfois on préfère être un idiot avec un siège confortable et un certain statut plutôt qu'un homme sensé sans siège ni statut...
Repost 0
25 juillet 2007 3 25 /07 /juillet /2007 01:49
Mon cher Victor, vacances.gif


Dimanche, c'était réunion de famille chez mon Mystérieux Inconnu. Ces charmants repas sont toujours l'occasion de prendre des nouvelles des uns et des autres (ils sont très très nombreux, dans cette tribu...) et de poser la question fatidique : "Alors, qu'est-ce que tu deviens, toi ?". Argl. C'est là qu'on a intérêt à être devenu quelque chose ! Oui. Et surtout, à être devenu quelque chose qui puisse nous épargner quelques sarcasmes. Ce qui, je le devine, vu la tournure que prend cette conversation, n'est pas ton cas... Valaaa !

Après avoir essuyé quelques plaisanteries bien grasses de la part de l'oncle de mon Mystérieux Inconnu (le mot "maîtresse" doit être trop tentant... Ca doit être ça !), nous discutons Ecole et vacances. Et là... Ca se gâte ! Oh, en apparence, pas du tout. Parce que moi, Monsieur, je garde mon sang-froid et mon sourire et je conserve protestations et vociférations en mon for intérieur. Du coup... Du coup ? Du coup, quand les cousins se sont ligués contre moi pour laisser sous-entendre (comme beaucoup de gens, malheureusement...) que les enseignants ne font rien et sont toujours en vacances, j'ai gardé pour moi cette réplique assassine : "Ah oui ? En tous cas, j'ai un métier, ce qui n'est pas votre cas.". Ah... Il me semble que tu as bien fait de te taire... Tu aurais pu te ramasser une assiette en pleine figure et détériorer tes relations avec ta belle-famille ! Oui. Restons prudent.

Bon. C'est vrai que cela peut écoeurer de savoir que je reprends début septembre, quand certains rament pour obtenir une semaine de congés. J'avoue qu'objectivement, cela peut paraître disproportionné... Cependant, j'ai remarqué que les stéréotypes vont toujours bon train : les phrases à l'emporte-pièce du type "Vous, les enseignants, vous ne fichez rien !" sont malheureusement toujours d'actualité, et je t'épargne, bien sûr, les misérables poncifs sur les fonctionnaires, élus boucs émissaires. Au contraire ! Ne me les épargne pas, Mirabelle ! J'aimerais bien comprendre comment marchent les mentalités de votre siècle... Très bien. Alors pour résumer, sache, mon cher Victor, que, bien que les rôles des fonctionnaires soient divers et variés, la réputation qui les suit n'est pas très reluisante : il n'est pas rare d'entendre ici ou là que les fonctionnaires sont payés à rien foutre. Et puis c'est bien connu, le boulot de fonctionnaire n'est pas compliqué, il suffit de savoir rester le cul sur une chaise. Ah... Tout cela m'a l'air de manquer singulièrement de nuances...

Alors c'est vrai, quand j'entends, dans la famille de mon Mystérieux Inconnu, qu'on sait presque mieux que moi en quoi consiste mon métier ("Allez, Mirabelle, c'est que des gamins que tu as en face de toi, c'est pas compliqué !"), mon sang ne fait bien évidemment qu'un tour. Je sais désormais qu'il y a des discussions à éviter avec ma belle-maman (en particulier la tournure que prend l'Education Nationale sous notre cher Président de la République...) si je ne veux pas finir en tapant du poing sur la table pour défendre mon métier. Enfin bon... Pour être tout à fait honnête... Oui ? Je suis moins tranchée qu'il n'y paraît. Ah bon ?

Oui. Parce que quand j'entends des enseignants se plaindre de leur métier (jusqu'à affirmer qu'ils font le pire métier du monde...) et râler parce que les vacances passent trop vite, j'ai envie de leur dire de regarder un peu en dessous d'eux. Ma mère, infirmière, rame pour avoir des vacances. Elle commence très tôt le matin et finit très tard le soir. Elle fait des nuits à un an de la retraite, elle est complètement épuisée. Ma soeur, même en job d'été, se tue au travail de 8 h à 20 h, en étant payée des clopinettes. Ma grand-mère s'est échinée dans les usines et y a laissé sa santé. Des exemples comme ceux-ci, on en trouve à la pelle. Alors non, franchement, je ne crois pas que nous, enseignants, soyons à plaindre. Bien sûr, je ne dis pas que tout est parfait, mais je persiste à croire qu'il est encore possible de nous réserver des plages de temps libre, de réels moments de repos. Soyons conscients de cela et restons modestes, sans trop étaler nos chances, sans tomber dans l'indécence, sans quoi les sarcasmes qui nous affectent parfois pourraient  bien s'avérer justifiés un jour, du moins en partie.
Repost 0
17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 20:49
Mon cher Victor,vague.jpg


La vague bleue n'a pas tout emporté sur son passage. Il n'y a pas eu de tsunami. Ce soir, je suis soulagée. C'est presque une victoire. Respirer, enfin...

Il y a tout de même quelque chose qui me chiffonne, Mirabelle... La participation du 2eme tour est à peu près équivalente à celle du 1er, n'est-ce pas ? Oui. Mais alors... Il y a quelque chose qui m'échappe... C'est sans doute une question de génération mais enfin... Cela laisse supposer que certains électeurs, après avoir voté pour la droite au 1er tour, ont viré de bord pour le 2eme ? Eh bien... Où est la logique ? Je renonce à vous comprendre, tous autant que vous êtes...

Repost 0
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 08:55
Mon cher Victor,

Suite à l'élection de Monsieur Sarkozy dimanche soir, il y a eu, dans plusieurs grandes villes, quelques soucis. Quelques soucis ? Oui. Dès l'annonce des résultats, des opposants au nouveau président de la République ont défilé dans la rue. Les CRS étaient déjà prêts à les accueillir. Il y a eu des affrontements ? Non. Ca n'a dégénéré que plus tard. Voitures en feu. Et siège de l'UMP brûlé dans ma petite ville... Oh la la ! Mais qu'est ce que c'est que cette France ? On se le demande.

La veille au soir, mon Mystérieux Inconnu me prédisait des affrontements. Et bingo, le lendemain, j'apprends que que les gens se sont rebellés contre la démocratie... Et avec violence, qui plus est ! Contre la démocratie ? Réfléchis deux secondes, Victor ! Je ne me suis pas réjouie de cette victoire du candidat UMP, tu le sais. Le soir des résultats, j'étais au plus bas. Cependant, 53% des Français l'ont porté à ce poste. Bon. C'est la démocratie. Il me faut donc accepter la défaite et espérer de jours meilleurs lors des législatives.

Alors ces gens qui cassent, ces gens qui crient leur haine, ces gens qui brûlent, ces gens qui s'en prennent aux écoles (et il y en a... Cela me révolte chaque fois un peu plus  !) ou même qui créent des incendies au Siège de l'UMP (bravo le respect des opinions...), j'ai envie de leur dire qu'ils ne font que donner raison à notre Président. Ce petit Monsieur, divisant la France entre bons et méchants, n'attend que ça.

Qu'on soit déçu, insatisfait, frustré, triste, je le conçois parfaitement, puisque je le suis aussi. Mais je n'irai pas manifester contre Sarkozy. Il a été élu, démocratiquement. Il faut accepter la défaite. Alors s'en prendre à des véhicules, s'en prendre au siège de l'UMP, s'en prendre à des écoles ! Dans plusieurs grandes villes, des démonstrations de violence ! Mais où va-t-on ? C'est ça, la démocratie ? Ca me met en colère de constater que certains ne sont même pas capables d'accepter le résultat sans appel des urnes. Ne généralisons pas, Mirabelle... Il y avait sans doute dans le lot des casseurs, dont la motivation était tout autre que de contester les résultats ! Certes. En attendant, je suis certaine qu'il y aura des amalgames du type "gauche=casseurs". Et ça, ça me rend folle...
Repost 0
1 mai 2007 2 01 /05 /mai /2007 18:35
Mon cher Victor,

On vote dimanche ! Merci, je sais. Eh bien ? Pourquoi cette mine renfrognée ? Parce que ce n'est pas encore pour cette année que je vivrai un 1981 bis. Tu n'étais même pas née à cette époque ! Justement, je le regrette. J'ai envie d'un souffle d'espoir, Victor, et le seul souffle que m'ont procuré les résultats du premier tour a été celui d'un désespoir sans nom, d'une déception amère, l'envie de baisser les bras devant l'aveuglement de mes contemporains.

J'avais décidé de ne pas commenter les résultats ici. Je sais pourtant que tu es "de mon bord" mais c'est au dessus de mes forces d'espérer encore. J'ai de l'espoir pour deux ma petite fille ! Nous sommes trop peu à espérer dans le même sens. Ah... C'est vrai que les sondages ne sont pas de bonne augure pour la Ségo... Et ce petit Nicolas remue des montagnes pour rameuter les troupes et rassembler autour de lui ! Il faut bien avouer que ce bonhomme-là a des talents d'orateurs que ne possède pas la candidate socialiste... Mais garde espoir, Mirabelle ! Sans espoir, on n'est rien !

A vrai dire, depuis le 21 Avril, les élections occupent une grande part de mon esprit.
Heureusement, le mémoire et les validations sont là pour me ramener à la réalité du quotidien... Certains diront que cette élection prend une proportion surprenante dans ma caboche de jeunette. C'est juste qu'à mes yeux, Sarkozy est très dangereux pour les libertés individuelles et les acquis sociaux. Sarkozy concentrera les pouvoirs autour de lui... Adieu l'Egalité des Chances, adieu la solidarité, bonjour la concurrence, bonjour la loi du "Marche ou crève", bonjour la répression policière... Et tu ne sais pas le pire, Victor, tu ne sais pas ce qui me fait m'arracher les cheveux ! Quoi ?

Le pire, c'est que c'est la DEMOCRATIE qui l'amènera au pouvoir. Ce sont les Français qui lui donneront l'opportunité de repousser l'âge de la retraite à soixante ans, ce sont les Français qui lui permettront de faire du libéralisme le principe clé de l'économie, ce sont les Français qui lui donneront le feu vert pour licencier, délocaliser, accentuer les inégalités. Humm...

Il faut reconnaître que la gauche, telle qu'elle est aujourd'hui, ne fera pas beaucoup mieux. Mais ce dont je suis PERSUADEE, c'est que jamais elle ne pourra faire pire. Je redoute le pire, Victor. Parce que, quoi qu'il en dise, Sarkozy a des idées proches de celles du FN. Parce qu'il a la main très longue et qu'il l'AURAIT (soyons prudents, je ne voudrais pas me faire poursuivre pour diffamation...) déjà montré en empêchant la publication d'un bouquin pas très flatteur pour sa petite personne, un bouquin pourtant apprécié par l'éditeur, qui avait assuré à son auteur qu'il serait bientôt publié. Parce qu'il est déterministe, et assume sa position quant au suicide, à la pédophilie. Parce qu'il a doublé tout le monde dans les bureaux de vote et que cela me semble révélateur d'un esprit pas vraiment penché vers l'égalité.

Ce sont les Français qui le mettront au pouvoir, avec une majorité incontestable.
Ce sont aussi les Français qui viendront se plaindre, après ça, du chômage, de la misère, de la crise du logement. Je ne dis pas que la droite est responsable de tous les mots. Mais les idées dont elle est porteuse ne m'incitent pas à croire qu'un jour, les inégalités se réduiront entre les hommes. Au contraire, je suis persuadé qu'elle instaurera une logique de compétition et qu'on finira tous par se taper sur la gueule... La droite et la gauche, ce n'est pas pareil. Beaucoup de gens les assimilent pourtant, dans une devise du "Tous pourris" avec laquelle je ne suis pas d'accord. La droite et la gauche, ce n'est bonnet blanc et blanc bonnet. Et c'est dangereux de ne pas s'en apercevoir.

On avait, quand on y réfléchit, fait à peu près le même coup en 2002. Mis Le Pen au deuxième tour, devançant la gauche. Un score énorme. Et pourtant, tout le monde dans la rue, parce que c'est honteux, Le Pen au deuxième tour. En 2007, ce n'est pas si différent, en fin de compte. Sauf qu'il est beaucoup plus respectable de voter Sarko que Le Pen. Le Pen s'écroule au premier tour et Sarko s'envole en ayant piétiné les plates bandes de l'extrême droite. Le candidat UMP est protégé par son maniement extraordinaire du discours, de la démagogie, par son habileté à bouffer à tous les râteliers, en évoquant, sans que ça choque personne, (et en même temps s'il vous plaît !) Jean-Paul II, Jean Jaurès, Jeanne d'Arc, De Gaulle. Parce qu'il avouait lui-même, à quelques jours du premier tour (je tiens mes sources du "Canard Enchaîné") qu'il ne fallait pas "hésiter à utiliser de grosses ficelles". Faire sa petite sauce, en résumé... Ou, dans des termes plus crus, prendre les gens pour des cons...

Alors je suis partagée entre le désespoir et la colère. Il me semble que ceux qui vont voter Sarko se précipitent eux-mêmes à leur perte. Tendent le bâton pour se faire battre. Le 6 Mai au soir, je serai certainement désespérée et au bord des larmes. J'essaie de relativiser. Parce que j'ai des amis que j'adore et qui vont voter pour lui. J'essaie d'être tolérante parce que je les aime, que je les connais et les respecte, parce que ce sont des gens biens. La tolérance, ce n'est pas si facile, et j'ai parfois tendance, je m'en rends compte, à frôler l'intransigeance, surtout quand il s'agit de politique car je me laisse facilement emporter par la passion. J'ai pourtant eu l'occasion de me rendre compte, très récemment, que j'étais capable de me retenir, par affection pour mon entourage. Je remercie d'ailleurs une certaine personne, qui lira sans doute ces lignes, d'avoir su me rappeler que pour passer une bonne soirée, il faut parfois savoir éviter d'aborder le sujet des élections...

Bon. Ceci étant dit, je ne serai pas fière d'être française le 6 Mai. J'irai me coucher la mort dans l'âme avec une petite verveine, après avoir sans doute copieusement critiqué notre nouveau président de la République. Bon. Si les gens le mettent au pouvoir, c'est qu'ils ont bien mesuré le pour et le contre. Mais qu'on ne vienne pas se plaindre après. Parce que je suis sûre que quand Sarko se réveillera, la France tremblera... Et pas qu'un peu !
Repost 0
15 avril 2007 7 15 /04 /avril /2007 16:18
Mon cher Victor,

La semaine prochaine, c'est le grand jour. Le premier tour des élections présidentielles ! Je suis ça de très très près, en bon républicain ! Victor, je t'ai déjà dit que "républicain" ne veut plus rien dire... Peu importe ! Le plus préoccupant, c'est la gauche ! Je m'interrogeais ici sur le sens de la gauche au XXIème siècle et je trouve que cette question est de plus en plus d'actualité avec le virement centriste de ces politiques, là, les anciens ministres... Ah flûte, je ne retrouve plus leurs noms... Roooo... Aide-moi Mirabelle ! Michel Rocard et Bernard Kouchner. Vaaala ! Bon. Un tel aveu de faiblesse, à une semaine de scrutin, c'est dramatique ! Ne m'en parle pas, Victor...

Si, si, parlons-en, justement ! Bon. Je ne sais pas si tu maintiens ton avis sur la candidate, Mirabelle... Je le maintiens, mais moins qu'auparavant... Ah, c'est à dire ? Eh bien. Elle m'est moins antipathique. Mais je persiste à dire qu'elle manque cruellement de crédibilité. Elle joue trop la carte de l'image et n'a pas de propositions concrètes. De plus, elle n'a pas le talent d'oratrice de son principal adversaire, elle est moins charismatique, ce qui joue contre elle. Je te trouve cependant nettement moins catégorique qu'avant ! Certes. J'ai si peur d'un 2ème 21 Avril, et je redoute tant Sarkozy, que j'ai mis un peu d'eau dans mon vin. Mais juste un peu, hein ! Nous verrons ça...

Revenons à nos moutons ! M'est avis que le Parti Socialiste est bien mal parti ! Je partage ton opinion ! Tu partages trop mon opinion, Mirabelle, c'est fatigant ! Un peu de débat, que diable ! Je ne vais pas nous inventer un désaccord pour te faire plaisir ! Bref, passons... Avec leur appel à se rapprocher du candidat Bayrou, Messieurs Rocard et Kouchner font un aveu terrible : celui de la faiblesse du Parti Socialiste, qui peine à rattraper le candidat de l'UMP. Et ce constat est douloureux pour les gens de gauche. Dont je fais partie, bien que je sois encore dans la tranche des indécis !

Et puis il y a eu cette rumeur, lancée par le Nouvel Observateur. Les Renseignements Généraux auraient commandé un sondage donnant Sarkozy en tête au premier tour, devançant Bayrou et Le Pen, au coude à coude (et Le Pen l'emporterait sur le fil, gloups). Ségolène Royal serait donc éliminée ! Oui. Mais les Renseignements Généraux ont démenti avoir commandé une enquête, d'autant moins qu'ils ne réalisent, en principe, plus aucune prévision électorale depuis 2004. A prendre avec des pincettes, donc... Il n'empêche que cela t'a fait peur ! Oui. Le doute m'a assaillie : et si je devais voter utile ?

A l'origine, je ne suis pas en faveur du vote utile.
Au premier tour de la présidentielle 2002, j'avais voté pour le facteur, peu convaincue par la campagne de Lionel Jospin et surtout, persuadée que les petits partis ont leur place autant que les grands. Et puis je n'aime pas l'idée de faire entrer les gens dans un moule. On peut être d'un même courant et diverger sur certains points, comme le montrent les candidats de gauche à propos de l'immigration, par exemple. Et puis il y a eu le 21 Avril 2002. J'en avais parlé ici, ici, et , Victor, souviens-toi... Oui, je m'en souviens ! Comment pourrais-je oublier une telle atrocité ?

Je ne suis pas une optimiste. Et je m'aperçois que malheureusement, l'histoire a tendance à se répéter, même si les époques changent. Et je ne suis plus si certaine que nous échappions à un 2ème 21 Avril. Alors ne dois-je pas faire ce qu'il faut pour empêcher cela, même si je ne suis pas séduite par Ségolène Royal ? J'hésite. Mais j'imagine la France sous un certain Nicolas Sarkozy. Je réentends ce qu'il a pu dire sur la pédophilie, sur le suicide... Cet homme me fait peur. Dois-je voter utile ? Hein ? Victor ? Ca, c'est un choix personnel...

Si je vote pour Ségolène Royal, ce ne sera pas par gaieté de coeur, mais pour donner une chance à la gauche de se rattraper. Pour barrer la route à Nicolas Sarkozy, aussi, sans doute ! C'est vrai. Je n'aime pas trop l'idée de voter "contre" quelqu'un, mais il y faut s'y résoudre. C'est triste, je trouve, d'avoir à voter "contre" des idées qui nous font peur, au lieu de voter au nom d'un idéal, d'un rêve, de se sentir porté par un candidat... En votant contre Nicolas Sarkozy, tu garderas pourtant une certaine idée de ce que devrait devenir la France d'après toi. Tu te fixes à des principes. C'est aussi louable. Humm... Je ne sais pas...

Ce qui me gêne, dans le vote utile, c'est qu'il étouffe le débat. Quand on vote utile, on s'adresse forcément aux partis les plus puissants des deux camps. CQFD. On n'entend plus alors les Besancenot (il n'aura pas ma voix cette année, mais il approche les 5% d'intentions de vote, tout de même !) ni les Dominique Voynet et autres Arlette Laguillet. Mais si on considère que "de toute façon tout le monde va voter pour Royal ou Sarkozy, je peux bien voter pour quelqu'un d'autre", il y aura toujours un doute. Celui de contribuer à se faire répéter l'Histoire. Car l'ombre du 21 Avril plane encore au-dessus de nos têtes...

Repost 0
21 novembre 2006 2 21 /11 /novembre /2006 00:00

Ma chere Mirabelle,

Je viens d'apprendre que Segolene Royal representera le Parti Socialiste aux elections presidentielles. Tu sais, cette femme que tu ne portes pas dans ton coeur ! Argl... Merci de me tenir au courant, Victor, car je suis eloignee de la vie politique francaise depuis mon depart ! J'ai lu ca sur le site du journal Liberation ! J'en suis reste comme deux ronds de flan ! Pourquoi donc ? Je n'affectionne pas particulierement Segolene Royal, mais ce resultat etait previsible ! Ce n'est pas ca, ce n'est pas ca...

Comme tu le sais, je suis republicain. Je ne fais que de te le repeter, Victor : "republicain" ne veut plus rien dire de nos jours ! Tout le monde est republicain ! Tu pinailles, tu pinailles ! Alors que je cherche a aller au fond des choses, pour mon premier article politique, tu me decredibilises ! Mais non, mais non... Il faut t'interroger sur cette investiture, Mirabelle ! Mais je  ne fais que ca, Victor, je ne fais que ca... En tous cas, moi, je vais te donner mon opinion ! Enfin... Des bribes de reflexion, pour le moins !

Segolene Royal est du Parti Socialiste. J'ai lu quelque part, sur le site du Monde, je crois que... Dis donc, Victor, tu deviens une vraie bete du Net ! Ne te moque pas de moi, tu veux ? Sur ce site, donc, j'avais lu qu'une rumeur disait que Segolene Royal ne demandait qu'a s'eloigner de son parti. Si ce n'est qu'une rumeur... Bien sur que ce n'est qu'une rumeur ! Mais quand bien meme, je m'interroge. Sur la Gauche. Sur la France de Demain. Sur la politique d'aujourd'hui. Car je suis de plus en plus convaincu qu'elle est bien differente de celle de mon temps.

Sur le site du Monde, j'ai lu un article sur le "Segolisme". On y fait un parrallele entre Francois Mitterand (je t'epate, hein, Mirabelle ? Je me suis documente !) et Segolene Royal, dans le sens ou tous les deux sont apparus comme les candidats salvateurs, au sein d'un parti peinant a trouver ses marques. A l'epoque de Mitterand, c'etait la SFIO, pas le PS... Oui mais le PS derive de la SFIO ! Tu crois me pieger, hein ? Bref.

Qu'est ce que la gauche aujourd'hui ? Eh bien... Non, Mirabelle, ce n'est pas une question ! C'est un procede rhetorique ! Qu'est ce que la gauche aujourd'hui, donc ? Que veut dire "etre de gauche" ? Puisque Segolene Royal, dont l'affiliation a la gauche "pur jus" est largement contestee, est sortie vainqueur des elections primaires (parce que c'est bien comme ca qu'on dit, non ?), alors on peut se demander ce qui se passe dans la caboche des militants du parti. Qu'est ce qui les a seduits chez elle ? Auxquelles de ses idees adherent-ils ?

Etrange, cette France d'aujourd'hui. Le score de Segolene Royal est ecrasant (60% des voix tout de meme !), et pourtant sa credibilite continue de dechainer les passions. Pas d'indifference. Tout comme Francois Mitterand en son temps ! Tu etais nee en 1981 ? Non, mais j'en ai entendu parler ! Segolene Royal representera donc le Parti Socialiste. Je suis prete a parier que Nicolas Sarkozy representera l'UMP ! Alors quel avenir pour la France, dis-moi ? Quel avenir ? A-t-on le choix entre une Segolene Royal contestee et un Nicolas Sarkozy qui fait peur ? Quelle sera la France de Demain ? Et la gauche de Demain ? La gauche reduira-t-elle le fosse qui la separe de ses adversaires de droite, pour epouser de plus pres des valeurs traditionnalistes et liberales ?

Alors, solennellement, j'implore les gens de Gauche a s'exprimer via les commentaires de cet article (prends en de la graine, Mirabelle, voila comment on implique le lecteur !) : et vous, que pensez-vous de ce suffrage ? Quelle est votre opinion a propos de Segolene Royal ? Qu'est ce que la gauche a vos yeux ? J'attends un debat blogospherique a la hauteur !

Repost 0
14 novembre 2006 2 14 /11 /novembre /2006 00:00

Ma chere Mirabelle,

Pour mon premier article, j'avais l'intention de t'emmener sur les sentiers du citoyen francais, que je decouvre un peu plus chaque jour ! Vaste sujet que sa mutation psychologique...  Ta perspective sera celle d'une jeunette, future enseignante, la mienne est celle d'un vieillard du XIXeme siecle, un peu bougon, et critique par rapport a la France d'aujourd'hui. Comme tu le sais, je maitrise de mieux en mieux l'outil informatique et j'ai pu lire, ici et la, des articles fort interessants sur le Francais. Pour en parler, je comptais me concentrer plus particulierement sur l'idee qui est donnee de l'Ecole...

C'est un sujet qui me tient a coeur, tout comme a toi. L'Ecole. Le XXIeme siecle est celui de la remise en question et de la critique assumee. C'est parfait.  "Le systeme va mal". C'est ce que j'entends partout et sur tous les tons. Qu'en penses-tu ? Eh bien... Je suis novice en la matiere... Il y a des choses a ameliorer, c'est sur, mais... Mais... Mais ? Allons, aies le courage de tes opinions ! Mais rien n'est tout blanc, rien n'est tout noir. Ce qui me frappe, a votre epoque, Mirabelle, c'est que vous tapez toujours sur tout ! Les fonctionnaires en general, les profs, les policiers, les jeunes... Est-ce que tout ca a un sens ? Et cela fonctionne par vagues ! Pendant un moment, c'etait la Police et aujourd'hui, c'est l'Ecole ! Moui... Je ne suis que partiellement d'accord : pour la Police, c'est en permanence ! Admettons...

L'Ecole. Je ne connais pas grand chose a l'Ecole de ton temps. Je n'ai qu'un point de repere, par rapport a l'Ecole, c'est toi, et ce que tu m'en dis. Le systeme va mal. D'accord. Mais ce que je vois, moi, c'est que vous, les jeunes stagiaires, vous n'avez qu'une envie : devenir de bons enseignants, transmettre le gout d'apprendre et des valeurs fondamentales a la vie en societe. Et ce n'est pas du "formatage", contrairement a ce qu'affirment certains, vous y croyez profondement ! Alors que se passe-t-il aujourd'hui ? On peut lire ici et la que l'Ecole n'est qu'une fabrique a cretins, que le niveau est deplorable... D'ailleurs, entre parentheses, on a toujours dit ca, alors qui croire ? Pourtant, vous voulez bien faire... Mais en avez-vous les moyens ?

L'Ecole. Les enseignants sont de plus en plus decries. Ils font tout mal. Leur enseignement n'est pas a la hauteur. Bref : tout le monde sait toujours mieux que tout le monde ce que c'est qu'enseigner ! Tout le monde se sent capable d'enseigner parce que pour etre enseignant, il faut avoir un ego surdimensionne. Pfff... Je n'ai jamais rien entendu d'aussi stupide ! A mes yeux, l'enseignement, c'est l'art de l'humilite. Bref. La n'est pas la question, ne changeons pas de terrain, Mirabelle ! Ce qui me semble fondamental, a votre epoque, c'est que le Francais est devenu donneur de lecon. Il catalogue. Il caricature. Les jeunes sont des cretins sans cervelle, sans culture. Ne friserait-on pas l'intolerance avec de telles paroles ? Certainement que si...

Le Francais est tout le temps en greve. Jolie invention que la greve... Surtout quand on sait que certaines personnes se permettent de faire greve sans aller voter ! Tu changes de terrain, la, Victor. Non, pas tant que ca. Le Francais de ton epoque est celui de la contestation paradoxale. On de la contestation pour la contestation, ce qui est encore pire. Tu ne te bases que ce que tu as lu sur Internet, tu ne peux pas generaliser ! J'ai ete de blog en blog, c'est vrai. Et certains blogueur croient tenir LA verite sur la France. Tu vois, tu dis "certains"... Ou la verite tout court. Ils ecrivent des articles deliberemment provocateurs, dans un langage fleuri.

Je ne suis pas contre ca. J'approuve l'affirmation de la plume, surtout quand elle est mise au service des idees. Mais je n'aime pas les idees trop radicales ou trop simplistes. On ne peut pas dire "l'Ecole c'est de la merde". Non, l'Ecole, ce n'est pas de la merde. Tout n'est pas parfait, c'est vrai. Il y a meme des choses veritablement scandaleuses. Oui, comme la main mise sur la liberte pedagogique des enseignants, surtout en ce qui concerne la methode d'enseignement de la lecture ! J'etais certain que tu allais parler de cela. Mais ce n'est pas notre propos d'aujourd'hui.

J'ai beaucoup de choses a dire sur le Francais du XXIeme siecle. Tellement que je m'y perds ! Je m'excuse d'avance si cet article est un peu brouillon, mais cela fait une eternite que je n'ai pas pris la plume et mon poignet manque d'echauffement ! L'Ecole, et la France, ne vont pas bien, c'est vrai. La France, c'est la "vieille Europe", les traditions, le refus des reformes, le refus du changement. Mais ce n'est pas que ca. Parce que ma France, ma France, qu'elle soit du XIXeme ou du XXI siecle, telle que je la reve, telle que je la caresse, est une France de tolerance et de nuances, une France qui ne juge pas, qui ne categorise pas, qui ne montre pas du doigt en disant "c'est bien/c'est mal". Ma France, telle que je la reve, acceptera de changer, un jour. Mais pas dans la violence. Pas dans la betise. Et surtout pas a coups de mepris...

Victor ? Oui ? Je n'ai pas du tout saisi ce que tu voulais dire. Eh bien... J'ai parle, parle, sous le coup de la colere, de la passion, de l'amour, de l'espoir... Oui mais... Ton article manque de structure et surtout, on cerne mal l'idee directrice. Et puis, tes arguments sont flous, et il y a peu d'exemples... Enfin, Mirabelle, tu ne peux pas etre tolerante, un petit peu ?!

Repost 0
14 septembre 2006 4 14 /09 /septembre /2006 00:00
Mon cher Victor,

Aujourd'hui, un peu de politique ! Ah ! Cela faisait longtemps ! TROP longtemps ! Tu me vois enchanté de ce retour à l'un de mes thèmes préférés ! Je sais que j'ai un peu délaissé la rubrique "La France selon Mirabelle", mais tu comprends, avec l'IUFM et ma PE2, j'ai tant de choses à raconter ! Aucun besoin de te justifier : c'est toi qui mène ces discussions !

Connais-tu Ségolène Royal, Victor ? Euh... Il me semble déjà en avoir entendu parler... L'autre jour, le patron du bar parlait d'elle en la traitant de "Chrétienne de gauche". Un des clients s'est insurgé et ça a fini en pugilat. M'est avis qu'elle déchaîne les passions, comme ce petit roquet dont tu parlais il y a déjà quelques temps. Pour déchaîner les passions, elle les déchaîne : on ne parle que d'elle ! Les sondages d'opinion lui sont on ne peut plus favorables ! On ne peut pas toujours se fier aux sondages, Mirabelle ! Souviens-toi de ce que tu m'avais raconté ! C'est vrai. Et depuis le 21 Avril, j'ai tendance à me méfier des sondages... Tiens, à propos du 21 Avril, te souviens-tu de cet homme, Victor ? Eh bien il est candidat à la candidature pour les Présidentielles de 2007 ! Comme quoi j'avais raison d'imaginer son retour ! C'est incroyable... Si même les politiques ne tiennent plus leurs promesses, où va-t-on ?

Revenons à Ségolène Royal. Je n'ai pas pour intention, dans cette conversation, de faire ses louanges. Elle est pourtant de gauche ! Il paraît... Mais cette femme me dérange. Et surtout depuis l'épisode du DERAPAGE. Du dérapage ? Oh, je n'apprendrai rien ici à nos lecteurs, Victor, mais je veux bien résumer pour toi ! A l'université d'été du PS, Ségolène Royal a refusé de répondre aux questions des militants des Jeunesses Socialistes. Ce n'est pas très gentil ! Non. Alors, lors d'un meeting en Bretagne, Ségolène a souhaité "se rattraper". Elle a bien voulu répondre aux interrogations des jeunes ? Oui. Mais tout cela ne s'est pas déroulé sans heurts... Ah ? Regarde donc cette vidéo ! Tu vas être soufflé !



Au micro, Nolwenn, jeune militante, affiliée au Parti Socialiste depuis seulement six mois. Elle interroge Ségolène Royal sur le clivage gauche-droite, en rapport avec les élections présidentielles à venir. Tout de suite, la grande favorite dans les sondages est agressive, sur la défensive : "Que veux-tu dire ? Aies au moins le courage de tes opinions !". La salle est pleine de rires. Ségolène se laisse emporter par sa morgue : "Pourquoi demandes-tu son avis au garçon qui est à côté de toi ? Tu es une femme ! Tu as ta liberté ! Tu peux parler librement !". La jeune fille est humiliée, purement et simplement. Et je suis écoeurée. Ecoeurée. Parce qu'il me semble que Ségolène vient de se révéler. Une femme froide et supérieure. Qui ne se serait pas permis de parler à un adulte sur un tel ton !

Le lendemain, lors d'un voyage officiel en Italie, elle a appelé Nolwenn. A fait part de ses regrets, sans pour autant prononcer le mot "excuses", tout en lui présentant ses "amitiés socialistes". Devant les journalistes italiens, elle a même, si je puis dire, "ciré les pompes" de la petite militante, allant jusqu'à la qualifier de "jeune fille vive et intelligente". Elle passe d'un extrême à l'autre, cette dame... Et j'en arrive à douter de son honnêteté ! Moi aussi ! Et je n'admets qu'on parle à quelqu'un sur ce ton. Elle a humilié cette jeune fille. Purement et simplement. On reproche aux jeunes de ne plus s'intéresser à la politique... Mais si, quand ils posent une question, on leur laisse entendre que leur remarque est sans intérêt, qu'on les rabaisse devant une foule en délire, je ne suis plus d'accord. Le respect est un principe essentiel, Victor. Cette femme a fait preuve d'une fierté puante, d'un mépris manifeste, d'une supériorité condescendante. En tant que jeune, je me sens offensée par ces paroles blessantes proférées à l'encontre de la jeune Nolwenn. Alors Ségolène Royal, que je ne portais déjà pas dans mon coeur, n'aura pas ma voix. Juste mon mépris.

Repost 0
29 août 2006 2 29 /08 /août /2006 00:00

Mon cher Victor,

Savais-tu que je suis quelqu'un de très rigide ? Il m'est arrivé de penser une telle chose, mais jamais très franchement. J'ai déjà senti chez toi une sorte d'intransigeance sur certains sujets... Alors tu te sais rigide ? Il est rare de reconnaître ce genre de défauts ! Eh bien, à vrai dire, je ne sais pas trop... Dis m'en plus...

Je ne t'ai jamais dit, Victor, combien je suis à cheval sur la langue française. Non, effectivement. Ce qui ne veut pas dire que ma maîtrise de la langue soit irréprochable ! Je m'en doute bien. Qui peut prétendre être irréprochable à ce niveau ? C'est bien là ce qui m'occupe. Comme tu le sais, Victor, je vais être maîtresse. Oui, tu avais parlé de ta réussite au concours dans cet article, et du chemin parcouru pour y arriver dans cette catégorie. En tant qu'enseignante, je vais devoir m'attacher à transmettre aux élève la valeur de la langue, et sincèrement, je prendrai ce rôle très au sérieux : le langage a pour moi une importance capitale, et je compte bien rendre les enfants conscients de l'impact qu'elle a sur la vie de tous les jours.

On entend beaucoup parler, en ce moment, de la "déperdition" de la langue française, dûe à la progression phénoménale du langage sms, dont j'ai fait part ici, sur un sujet tout autre. Les didacticiens et pédagogues les plus conservateurs s'alarment de la main-mise foudroyante du langage sms sur le langage écrit, et s'interrogent sur la représentation de la langue dans les esprits. Comment la langue est-elle perçue ? Les Français ont-ils conscience que la langue est un patrimoine dont chacun est responsable ? Toutes ces questions, je me les pose moi aussi, bien que je sois nettement moins radicale que certains chercheurs, qui font de la langue une donnée figée, qui doit résister aux évolutions sociales. La langue a ses évolutions, c'est vrai... Moi-même, quand je compare ta façon de parler avec celle que j'avais au XIXème siècle (car désormais, je m'adapte à la tienne !), je constate de grands changements ! J'estime que ces évolutions sont naturelles, et doivent être acceptées. Cependant... Pas quand c'est au détriment d'une certaine qualité de langue ! Qu'entends-tu par là ?

Tu disais tout à l'heure, Victor, que personne n'est irréprochable. C'est bien évident. Mais j'avoue que certaines phrases que j'entends, de ci de là, m'écorchent les oreilles : "c'est comme si que...", "si je serais là, j'aurais...", et j'ai bien du mal, en général, à ne pas reprendre les personnes qui les prononcent. Tout dépend de la façon dont on les reprend. Si on le fait avec un air supérieur et un ton d'institutrice, je comprends que cela puisse froisser ! Je le conçois tout à fait également. Là où ça m'inquiète, en revanche, c'est quand certains se fichent du langage comme de leur première chemise. C'est à dire ? C'est à dire quand un mot est prononcé à la place d'un autre, qu'une bonne âme corrige cette erreur de vocabulaire, et que la personne reprise hausse les épaules et s'exclame "Ca revient au même !". Parce que non, je suis désolée, cela ne revient pas du tout au même !

La langue française est très riche, Victor. Pleine de nuances. Et c'est là ce qui rend la rend intéressante et incomparable. Et je trouve (quitte à en faire bondir !) que c'est une marque d'irrespect que de la traiter comme un vulgaire moyen de communication. D'autant plus que quand communication il y a, si la langue n'est pas utilisée correctement, une situation peut très bien aboutir sur un malentendu, et là, pour le bien-être de tous, j'ai du mal à imaginer qu'on puisse encore nier l'importance du langage ! Ce sont peut être des gens qui n'ont pas eu le goût de lire, et comme la langue orale est intimement liée à la langue écrite... Quel dommage ! Je persiste à penser que les gens qui passent à côté de la beauté de la langue ratent énormément de bienfaits ! Chacun a ses domaines de prédilection, Mirabelle... Bien sûr... Mais tout de même ! Tu as raison, en fin de compte... Sur quoi ? Tu es intransigeante !

Repost 0