Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cher lecteur,

Exceptionnellement, nous nous adresserons à toi directement : ce site n'est en aucun cas une biographie de Victor Hugo. Alors si tu pensais trouver ici la vie de notre Totor national en long, en large, et en travers, passe ton chemin !

 

Pour bien comprendre les propos de nos deux protagonistes :

1° Des caractères gras de couleur bleue quand Victor s'adresse à Mirabelle

2° Une police des plus classiques quand Mirabelle s'adresse à Victor

 

Sur ce, bonne lecture !

 

Un Mot Au Vol ?

Papotage Archivé

Opinion


Et si vous nous faisiez part de votre opinion ?


Victor mène l'enquête.

Parce que Mirabelle se le demande !




personnes ont écouté la conversation entre Mirabelle et Victor depuis leur rencontre.


Aujourd'hui, à :

il y a personne(s) qui papote(nt) avec Mirabelle et Victor.


La requête de Victor :

  • Parce que Mirabelle et moi-même aimons beaucoup de gens... Allez donc jeter un coup d'oeil à notre tour de tables !
 

Nos recommandations :

  • Un clic et vous y êtes... Si vous souhaitez quelques conseils pour guider votre lecture, bien entendu !



Lexique IUFMesque à l'usage des non-initiés :

  • Mirabelle, dans son infinie bonté, a daigné me proposer (ainsi qu'à toi, ô lecteur non affilié à l'Education Nationale !) un lexique de rattrapage, sensé me donner les repères indispensables à la compréhension de deux rubriques.


17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 08:33

Mon cher Victor, oeuf

Oh la la, Mirabelle, ma pauvre petite chérie, je te trouve en sanglots, que se passe-t-il ? Tout allait trop bien, Victor. Tout était trop beau. Calme-toi, calme-toi... J'étais enceinte, Victor, j'étais enceinte et bientôt, je ne le serai plus. Est-ce que c'est ce que je crois ? Oui, c'est ce que tu crois, malheureusement. J'aimerais me réveiller de ce cauchemar mais c'est la réalité, la dure réalité. Que s'est-il passé ? Je ne compte pas te raconter tous les détails, mais dans les grandes lignes sache que j'ai atterri aux urgences gynécologiques hier soir. J'ai attendu plus de de deux heures, la peur au ventre, et après examen et échographie, l'interne m'a dit "qu'elle n'avait pas une bonne nouvelle". Je m'y attendais, je le craignais, je l'ai craint toute la journée, et j'avais raison. "Il y a bien eu grossesse, mais vous avez fait ce qu'on appelle "un oeuf clair", un terme que je déteste. Je préfère appeler ça une "grossesse arrêtée". D'ici une dizaine de jours, vous devriez expulser tout cela, si ce n'est pas le cas revenez nous voir et nous ferons le nécessaire. De toute façon, vous devrez bien patienter trois mois avant de recommencer les essais". Trois mois. C'est long, trois mois. Merci Madame. Bon courage, me dit-elle. Je vais en avoir besoin, au revoir Madame.

Ah ça oui, je vais en avoir besoin.

A la maison, j'ai rangé les petits chaussons dans une grande boîte, dans un placard.

J'ai caché également les livres "Devenir un super papa" et "Parents pour la toute première fois" achetés avec Chéri le week-end dernier, alors que nous étions encore persuadés que je portais notre futur enfant. Mais non. Dans la réalité, je n'avais dans le ventre qu'un pauvre sac vide, vide de tout embryon.

Il me reste à faire le deuil de cet bébé qui ne naîtra jamais. Je me suis endormie comme une masse hier, épuisée d'avoir tant pleuré, j'ai espéré un sommeil de plomb, c'était sans compter sur la tristesse qui m'a réveillée trois ou quatre fois dans la nuit, des heures entières à réfléchir : pourquoi moi ? Pourquoi nous ? J'ai pensé à ces deux amies enceintes et à leurs grossesses rêvées, à cette soirée demain soir où cela discutera encore petits pots, pantalons de grossesse, accouchement. Non je n'irai pas, non, je ne vais pas y aller, je ne peux pas y aller.

Me réveiller ce matin, fatiguée encore, embrasser mon chat, aller m'asseoir sur mon canapé au milieu de tout ce silence et me remettre à pleurer. Il est 8 h 47 et j'ai déjà les yeux rouges et bouffis. Depuis plus de deux aujourd'hui, je me demande tous les jours, si heureuse dans mon petit nid d'amour avec Chéri, quel est le prochain coup dur que la vie me réserve. Parce qu'il ne faut pas rigoler, il y a toujours un moment où la roue tourne, plus de deux années que je suis sur mon nuage, il faut bien en redescendre. Eh bien je crois que je l'ai, la réponse à mon perpétuel questionnement, je crois que je l'ai, et le temps sera bien long avant que je ne puisse remonter la petite échelle qui mène droit vers le ciel bleu.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lucie 18/09/2011 22:08



Comme je suis triste de lire cela! Je suis navrée pour toi, j'aurais énormément de mal à le vivre aussi... Aucun mot ne pourrait te soulager de cette douleur donc je ne peux rien te dire d'autre!
Courage, je suis de tout coeur avec vous



Céline 17/09/2011 22:06



Courage Mirabelle,


C'est dur, très dur, mais ça arrive, ça m'est arrivé (j'avais même 2 oeufs clairs à la fois, des jumeaux clairs ??) Et puis on se rend compte que c'est comme ça, parfois ça n'aboutit pas, c'est
la nature. ça ne veut pas dire que ce sera difficile pour toi d'avoir des enfants, j'en avais déjà 2 quand c'est arrivé et un petit troisième n'a pas tardé à montrer le bout de son nez, 4 mois
plus tard. Alors il faut y croire, vous êtes amoureux, vous avez la vie devant vous, et un beau projet bébé qui ne manquera pas de se concrétiser bientôt.


De tout coeur avec toi,


Une lectrice habituellement silencieuse



Rosa Negra 17/09/2011 10:37



Je suis vraiment désolée pour toi, pour vous deux. J'espère de tout coeur que le prochain sera le bon.


Courage.